Un risque plus faible d’insuffisance rénale aiguë chez les personnes plus âgées qui reçoivent le vaccin antigrippal

  • Eur J Intern Med
  • 1 mai 2018

  • de Mary Corcoran
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que les personnes plus âgées qui reçoivent le vaccin antigrippal pourraient présenter un risque significativement plus faible d’insuffisance rénale aiguë (IRA).

Il n’est pas rare qu’une IRA survienne à la suite d’une infection grippale chez la population plus âgée et cette toute dernière recherche a entrepris d’examiner si la vaccination antigrippale est associée à une réduction du risque d’IRA.

En s’appuyant sur la base de données de recherche de l’assurance maladie nationale de Taïwan, les chercheurs ont examiné les données portant sur 13 270 patients âgés d’au moins 65 ans qui avaient été hospitalisés pour cause d’IRA entre 2000 et 2013, et 13 270 témoins appariés.

Ils ont découvert que même si l’infection grippale était associée à un risque accru d’IRA, ce dernier était 37 % plus faible chez les personnes plus âgées s’étant fait vacciner contre la grippe. L’association inverse entre la vaccination antigrippale et l’IRA s’est révélée constante dans les sous-groupes définis selon l’âge, le sexe, les comorbidités à l’entrée dans l’étude, le statut vaccinal antérieur et la saison grippale.

« D’autres études prospectives sont nécessaires pour définir la causalité de cette association et déterminer si un effet protecteur de la vaccination antigrippale vis-à-vis d’une attaque rénale aiguë est plausible sur le plan biologique », ont conclu les auteurs.

Les résultats ont été publiés dans la revue European Journal of Internal Medicine.