Un risque de parkinsonisme associé aux gabapentinoïdes

  • Pacheco-Paez T & al.
  • Mov Disord
  • 21 oct. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon cette étude observationnelle menée par des chercheurs toulousains à partir de la large base de données de sécurité Vigibase de l’OMS, les gabapentinoïdes seraient associés à un risque de parkinsonisme plus que doublé par rapport aux non-utilisateurs.
  • Cette association a pu être confirmée pour la prégabaline, mais pas pour la gabapentine, lorsque les utilisateurs de gabapentinoïdes étaient comparés à des utilisateurs d’autres molécules prescrites dans les douleurs neuropathiques.

 

Les prescriptions de gabapentinoïdes ont triplé aux États-Unis et en Europe au cours des dix dernières années. Les données de sécurité de ces molécules sont rassurantes à court terme, avec des effets indésirables généralement légers (somnolence, vertiges, ataxie), mais les données à plus long terme sont encore mal connues. Deux cas de parkinsonisme récemment décrits comme possiblement en lien avec la prise de gabapentinoïdes, et ayant pu récupéré après arrêt du traitement ont éveillé l’attention. Aussi, une équipe du département de pharmacologie médicale et clinique de la faculté de médecine de Toulouse a entrepris d’analyser les données de pharmacovigilance de la base de données Vigibase de l’OMS.

Analyse de la base de données de l’OMS 

Tous les cas de parkinsonisme (parkinson-like events) rapportés chez des patients de plus de 45 ans entre 2010 et 2018 ont été pris en compte, ainsi que les expositions suspectées ou concomitantes à la gabapentine et à la prégabaline. Les cas qui mentionnaient l’usage d’autres médicaments connus comme pouvant induire un parkinsonisme ou d’antiparkinsoniens dopaminergiques étaient exclus. Le risque de parkinsonisme a ensuite été mesuré par rapport aux non-utilisateurs et aux utilisateurs d’autres médicaments prescrits dans les douleurs neuropathiques.

Un risque de parkinsonisme doublé sous gabapentinoïdes

Parmi les 5,6 millions d’effets indésirables rapportés dans Vigibase, 4.870 étaient des cas de parkinsonisme sous prégabaline et 4.925 sous gabapentine. Les symptômes décrits étaient des perturbations de la marche et des tremblements le plus souvent. Le calcul des odds ratio (OR) a montré que l’utilisation de ces deux molécules était associée à un risque de parkinsonisme multiplié par plus de 2, avec des valeurs d’OR respectives de 2,16 [2,10-2,23] et 2,43 [2,36-2,50], par rapport à ceux qui n’en prenaient pas. Les analyses de sensibilité comparant l’usage des gabapentinoïdes à d’autres molécules utilisées dans les douleurs neuropathiques (amitriptyline, duloxétine) ont confirmé une association significative avec la prégabaline, mais pas avec la gabapentine.