Un régime riche en protéines est associé au risque d’insuffisance cardiaque


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si les régimes riches en protéines connaissent un succès croissant, de nouveaux résultats suggèrent qu’ils pourraient ne pas représenter la stratégie nutritionnelle optimale pour prévenir l’insuffisance cardiaque (IC) chez les hommes d’âge moyen. 

Dans le cadre d’une nouvelle étude publiée dans la revue Circulation: Heart Failure, des chercheurs ont examiné les données portant sur 2 441 hommes finlandais âgés de 42 à 60 ans inclus dans l’Étude sur les facteurs de risque de cardiopathie ischémique de Kuopio. L’apport en protéines à l’entrée dans l’étude a été évalué à l’aide de journaux alimentaires tenus sur une période de quatre jours. 

Durant le suivi moyen d’une durée de 22,2 ans, 334 nouveaux cas d’IC sont survenus. Les auteurs ont découvert que le fait de consommer des protéines en plus grandes quantités était associé à un risque légèrement plus élevé d’insuffisance cardiaque, par rapport à ceux qui en consommaient moins. Lorsque les chercheurs ont comparé les hommes qui consommaient le plus de protéines à ceux qui en consommaient le moins, ils ont découvert que le risque d’insuffisance cardiaque était 49 % plus élevé pour les protéines laitières, 43 % plus élevé pour les protéines animales et 33 % plus élevé pour l’ensemble des sources de protéines.

 « Comme il s’agit de l’une des premières études indiquant une association entre les protéines alimentaires et le risque d’insuffisance cardiaque, il est nécessaire de poursuivre les recherches avant de savoir si le fait de modérer l’apport en protéines peut être bénéfique dans la prévention de l’insuffisance cardiaque », a déclaré l’auteur, Heli E.K. Virtanen.