Un régime alimentaire anti-inflammatoire pourrait réduire le risque de mortalité


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que le fait de suivre un régime alimentaire anti-inflammatoire pourrait réduire la mortalité toutes causes confondues, la mortalité d’origine cardiovasculaire et la mortalité par cancer et pourrait prolonger la survie, en particulier chez les fumeurs. 

L’étude a inclus 68 273 hommes et femmes suédois âgés de 45 à 83 ans qui ont été suivis pendant 16 ans. Le potentiel anti-inflammatoire de leur régime alimentaire a été estimé à l’aide de l’indice anti-inflammatoire des régimes alimentaires (Anti-Inflammatory Diet Index, AIDI) qui comprend 11 aliments anti-inflammatoires potentiels, notamment des fruits et des légumes, et cinq aliments pro-inflammatoires potentiels, notamment la viande rouge transformée. 

Les chercheurs ont découvert que les participants situés dans le quartile supérieur de l’AIDI, par rapport aux patients du quartile inférieur, avaient des risques plus faibles de mortalité toutes causes confondues (réduction de 18 % ; IC à 95 % : 14–22 %), de mortalité d’origine cardiovasculaire (réduction de 20 % ; IC à 95 % : 14–26 %) et de mortalité par cancer (réduction de 13 % ; IC à 95 % : 5–20 %). 

Les fumeurs qui suivaient le régime alimentaire ont présenté des bénéfices encore plus importants, par rapport aux fumeurs qui n’avaient pas suivi ce régime, avec une différence de 4,6 ans concernant la durée de survie entre les fumeurs au moment de l’étude situés dans le quartile inférieur de l’AIDI et les personnes n’ayant jamais fumé situées dans le quartile supérieur. 

« Notre analyse de la relation dose-réponse a montré que même le fait de suivre partiellement le régime alimentaire anti-inflammatoire pouvait apporter un bénéfice pour la santé », a déclaré l’auteur principal, le Dr Joanna Kaluza, maître de conférences à l’Université des sciences de la vie de Varsovie en Pologne.

La recherche a été publiée dans la revue Journal of Internal Medicine