Un projet de loi interdisant à des milliers de médecins turcs d’exercer suscite l’inquiétude


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des organisations représentant les médecins ont vivement condamné un projet des autorités turques visant à restreindre la liberté de milliers de médecins turcs de pratiquer la médecine.

Les préoccupations portent essentiellement sur l’approbation d’un projet de loi par les autorités. Selon l’Association médicale mondiale (AMM) et le Comité permanent des médecins européens (CPME), son adoption aurait pour effet que les milliers de médecins révoqués de la fonction publique durant l’instauration de l’état d’urgence en Turquie pourraient être empêchés de pratiquer la médecine dans les hôpitaux sous contrat avec l’Agence de sécurité sociale. Par ailleurs, les rapports médicaux rédigés par ces médecins n’auront aucune validité devant les organes judiciaires et administratifs, ont-ils affirmé. Le projet de loi va à présent être débattu par la Grande assemblée du Parlement pour approbation finale.

Dans une lettre adressée au président de la Grande assemblée, le Dr Ardis Hoven, président du Conseil de l’AMM, a déclaré qu’il considérait le projet comme étant à la fois « dangereux et irresponsable ». « Nous déplorons toute pratique qui menace la profession médicale et la prestation de services de santé », a indiqué le Dr Hoven. 

Ces préoccupations ont été relayées par le président du CPME, le Dr Jacques de Haller, qui a exhorté le président de la Grande assemblée nationale à « prendre toutes les mesures nécessaires pour faire retirer ce nouveau projet de loi ».