Un profil particulier chez les jeunes enfants constipés

  • Little LM & al.
  • J Pediatr
  • 12 avr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude menée auprès d’enfants d’âge pré-scolaire suggère le rôle potentiel d’une modulation sensorielle différente aux stimuli chez ceux souffrant de constipation chronique : ainsi, ces enfants auraient plus souvent une réponse spécifique aux stimulations sensorielles en particulier orales et visuelles, ainsi qu’un évitement sensoriel supérieur en réponse à ces stimuli.

Les auteurs soulignent que les liens entre stimulation orale et constipation ont été évoqués dans d’autres travaux : il a été décrit que les enfants présentant une sensibilité accrue aux stimulations orales sont plus souvent de petits mangeurs et que, chez eux, le lien avec la constipation peut être bidirectionnel. Les enfants ayant une sur-réactivité par rapport à la défécation (rituel instauré, nécessité de se cacher, refus du pot…) seraient ceux ayant une réponse accrue aux stimulations sensorielles orales. Un lien entre une faible attention au stimuli et une réactivité inhibée par rapport à la défécation (ne ressent pas le besoin, ne perçoit pas être souillé) semble aussi se dessiner.

Aussi, cette étude suggère que la prise en charge de la constipation des jeunes enfants prenne cette dimension de modulation aux stimulations sensorielles en compte, par l’ergothérapie par exemple, avant de multiplier les traitements pharmacologiques.

Méthodologie

L’étude a été menée dans un service clinique spécialisé au sein duquel 66 enfants de 3-5 ans amenés par leurs parents pour constipation chronique (critères de Rome IV) ont été recrutés et comparés à 66 enfants appariés sur l’âge et le sexe.

Les parents ont répondu à 2 questionnaires validés :

- le Child Sensory Profile 2 qui comporte 86 items mesurant les réactions comportementales de l’enfant en réponse aux stimuli sensoriels et leurs répercussions sur les performances occupationnelles,

- le Toileting Habit Profile Questionnaire qui comporte 10 items sur la réactivité de l’enfant face à la défécation (gène, évitement, rituel, grimaces, indifférence…).

Principaux résultats

  • Au total, les enfants étaient 34% à être parfaitement propres concernant les fèces, et 62% concernant l’urine.

  • Le groupe présentant une constipation chronique présentait une sensibilité sensorielle orale (petits mangeurs, attirance ou répulsion forte pour certains aliments, tendance à porter en bouche tous les objets…), une sensibilité sensorielle globale et une tendance à l’évitement face aux stimuli supérieures aux autres. À l’inverse, ce groupe présentait aussi une sensibilité sensorielle visuelle diminuée.

  • La corrélation des données des deux questionnaires a permis de montrer qu’une réponse accrue aux stimulations sensorielles orales expliquerait la majeure partie de la variance de la réactivité exacerbée face à la défécation, tandis qu’une faible attention portée aux stimulations sensorielles expliquerait la majeure partie de la variance liée d’une réactivité limitée face à la défécation.

Principales limitations

L’effectif était limité et invite à des études plus larges.