Un poids plus important à la naissance est associé à des allergies durant l’enfance


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que les enfants présentant un poids à la naissance plus important pourraient courir un risque plus élevé d’allergie alimentaire ou d’eczéma durant l’enfance. 

Dans une méta-analyse, les chercheurs ont examiné les données issues de 42 études afin d’évaluer si la croissance prénatale affecte la sensibilité aux allergies.

L’étude a révélé qu’une augmentation de 1 kg du poids à la naissance était associée à un risque accru de 44 % d’allergie alimentaire durant l’enfance (rapport de cotes [RC] : 1,44 ; IC à 95 % : 1,04–1,99 ; P = 0,001), à un risque accru de 17 % de dermatite allergique antérieure durant l’enfance (RC : 1,17 ; IC à 95 % : 1,04–1,32 ; P = 0,008) et à un risque accru de 34 % de dermatite allergique antérieure ou actuelle chez les nourrissons âgés jusqu’à 2 ans (RC : 1,34 ; IC à 95 % : 1,08–1,68 ; P = 0,009). Le poids à la naissance n’a pas été associé aux risques de rhinite allergique. 

Les résultats suggèrent en même temps qu’une croissance fœtale restreinte pourrait avoir un effet protecteur contre certaines maladies allergiques. 

« Il est de plus en plus évident que la génétique seule n’explique pas les risques de développement d’allergies et que les expositions environnementales avant et autour de la naissance peuvent programmer des individus pour avoir un risque accru ou réduit d’allergies », a déclaré l’auteur, le Dr Kathy Gatford. 

L’étude est publiée dans la revue The Journal of Allergy and Clinical Immunology