Un patient sur cinq dans le monde est atteint d’une affection associée à un risque accru de forme sévère du COVID-19

  • Clark A & al
  • Lancet Glob Health
  • 16 juin 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Environ 1,7 milliard de personnes (22 %) dans le monde sont atteintes d’une affection sous-jacente qui est associée à un risque accru de forme sévère du COVID-19.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données de surveillance des cas des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) montrent que les affections sous-jacentes sont associées à un risque de mortalité multiplié par plus de 12 avec le COVID-19.
  • Les résultats suggèrent la nécessité de stratégies d’atténuation ciblées.

Principaux résultats

  • Environ 1,7 milliard de personnes dans le monde, soit une proportion de 22 %, présentent au moins une affection sous-jacente qui augmente le risque de forme sévère du COVID-19, avec un intervalle d’incertitude (II) de 1,0–2,4 milliards.  
    • 0,4 milliard de personnes (6 %) présentent au moins 2 affections sous-jacentes, avec un II de 0,2–0,7 milliard.
  • Prévalence de comorbidités sous-jacentes par âge :
    • 10 % à l’âge de 25 ans ;
    • 33 % à l’âge de 50 ans ; et
    • 66 % à l’âge de 70 ans.
  • 23 % (II : 15–29 %) de la population active (âge compris entre 15 et 65 ans) présentent au moins une comorbidité. 
  • Les hommes étaient environ 2 fois plus susceptibles que les femmes de présenter un risque élevé (tous les groupes d’âge en dessous de 65 ans).
  • Dans l’ensemble, 349 millions de personnes (II : 186–282) ou une proportion de 4 % (3–9 %) présentent un risque élevé de forme sévère du COVID-19 et sont susceptibles d’être hospitalisées.
  • Bien que des disparités régionales existent, les données démographiques sous-tendent en grande partie le risque pour la population sur le continent africain et dans les petits États insulaires.

Protocole de l’étude

  • Analyse de modélisation évaluant les estimations mondiales, régionales et nationales des personnes présentant un risque accru de forme sévère du COVID-19 par âge, sexe et pays (n = 188) en raison d’affections médicales sous-jacentes.
  • Financement : Département britannique du Développement international (UK Department for International Development) ; autres.

Limites

  • Biais de confusion potentiels.