Un outil simple pourrait prédire la survenue d’une fuite d’air prolongée après une chirurgie dans le cadre d’un cancer du poumon

  • Seder CW & al.
  • Ann Thorac Surg
  • 16 juil. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un outil de prédiction simple des fuites d’air prolongées (FAP) pourrait aider à identifier les patients atteints d’un cancer du poumon qui présentent un risque accru de FAP après une résection chirurgicale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 18 % des patients qui font l’objet d’une résection pulmonaire développent une FAP.

Protocole de l’étude

  • 52 198 patients atteints d’un cancer du poumon, issus de la Base de données des chirurgies thoraciques générales de la Société des chirurgiens thoraciques (Society of Thoracic Surgeons General Thoracic Surgery Database), ont fait l’objet d’une résection pulmonaire.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 10,4 % des patients ont développé une FAP.
  • Les facteurs inclus dans la formule d’évaluation du score de FAP étaient un indice de masse corporelle (IMC) inférieur ou égal à 25 kg/m2 (rapport de cotes [RC] : 1,95 ; IC à 95 % : 1,84–2,07 ; 7 points), la réalisation d’une lobectomie ou d’une bilobectomie (RC : 1,95 ; IC à 95 % : 1,79–2,12 ; 6 points), un volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) inférieur ou égal à 70 % (RC : 1,43 ; IC à 95 % : 1,34–1,52 ; 5 points), le fait d’être de sexe masculin (RC : 1,39 ; IC à 95 % : 1,31–1,47 ; 4 points) et une procédure réalisée au niveau du lobe supérieur droit (RC : 1,40 ; IC à 95 % : 1,32–1,49 ; 3 points).
  • Un score de FAP total supérieur à 17 points a correctement classé 79 % des patients dans les catégories à risque élevé ou faible (taux de FAP de 19,6 %, contre 9 % ; sensibilité de 30 % ; spécificité de 85 %).
  • Un score de FAP supérieur à 17 points était associé à une durée d’hospitalisation significativement plus longue (5 jours contre 4 ; P 

Limites

  • L’outil n’a pas été testé en contexte clinique.