Un outil de dépistage simple améliore la prédiction de la démence


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si le mini-examen de l’état mental (Mini-Mental State Examination, MMSE) est l’un des outils les plus couramment utilisés pour dépister les déficits cognitifs, sa sensibilité peut s’avérer limitée pour la détection des symptômes précoces de démence. Des chercheurs aux Pays-Bas rapportent à présent des résultats positifs d’une étude ayant examiné la question de savoir si le fait de recourir en plus à un test d’association visuelle (TAV) pourrait améliorer la valeur prédictive du score MMSE.

L’analyse a inclus des données de 2 690 patients pris en charge dans le cadre de soins en médecine générale âgés de 70 à 78 ans qui participaient à l’essai « Prévention de la démence par des soins vasculaires intensifs » (preDIVA). Les auteurs ont évalué le changement au niveau du score MMSE en 30 points sur une période de deux ans et ont mesuré le score TAV à deux ans. Les scores TAV ont été catégorisés comme étant « parfaits » (6 points) ou « imparfaits » (5 points ou moins).

Après avoir comparé les scores TAV dichotomisés à l’évaluation à deux ans en fonction de la catégorie de changement du score MMSE, les auteurs ont découvert que les groupes ayant des scores TAV imparfaits présentaient des taux nettement plus élevés de démence incidente.

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Annals of Family Medicine, ont déclaré que le fait d’administrer un TAV aux patients présentant un léger déclin au MMSE sur une période de deux ans apporte une valeur ajoutée substantielle pour identifier les personnes à risque élevé de développer une démence.