Un nouvel accord vise à promouvoir l’accès aux génériques et aux biosimilaires


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Association internationale des médicaments génériques et biosimilaires (International Generic and Biosimilar Medicines Association, IGBA) ont convenu de collaborer pour promouvoir l’accès aux médicaments génériques et biosimilaires. 

Plus tôt cette semaine, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, et Jim Keon, président de l’IGBA, ont signé un mémorandum d’accord et accepté de s’attaquer aux obstacles à l’accès aux génériques et aux biosimilaires, notamment les prix élevés et les problèmes de réglementation, comme les longs délais avant la mise sur le marché des médicaments.

L’OMS soutient déjà activement le développement de l’usage des médicaments génériques et la grande majorité des produits figurant sur la Liste des médicaments essentiels de l’OMS sont des génériques. En outre, le programme de préqualification de l’OMS, qui évalue la qualité des médicaments prioritaires fournis par les agences des Nations unies et d’autres organisations dans les pays à faible revenu, a donné la priorité aux médicaments génériques comme un moyen de traiter davantage de personnes avec les fonds disponibles. 

Ce nouvel accord facilitera la coopération entre les deux organisations, dans le but de réduire le fardeau que représente la conduite d’essais cliniques sur les biosimilaires, en accélérant leur homologation et en élargissant leur accès.

Dans un communiqué, l’OMS a déclaré que ce nouvel accord « est une première étape importante vers une collaboration accrue avec le secteur des médicaments génériques et des biosimilaires pour avoir un impact durable sur l’accès aux produits de santé et progresser vers la couverture sanitaire universelle ».