Un nouveau variant génétique est associé au cancer du sein préménopausique


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs au Canada ont identifié un nouveau variant génétique qui semble conférer un risque significativement accru de cancer du sein préménopausique.

L’équipe avait auparavant identifié un nouveau variant de susceptibilité au cancer du sein au niveau du locus 4q31.22 d’un chromosome (rs1429142), qui semble conférer un sur-risque chez les femmes d’ascendance européenne, en particulier en ce qui concerne le cancer du sein préménopausique. La même équipe signale à présent la validation des résultats au sein de diverses populations.

Le polymorphisme d’un seul nucléotide (single-nucleotide polymorphism, SNP) rs1429142 a montré une association avec le risque global de cancer du sein, avec un rapport de cotes (RC) de 1,25 en présence de l’allèle de risque (IC à 95 % : 1,15–1,35 ; P = 4,35 × 10-8), et un risque 40 % plus élevé chez les femmes préménopausées (IC à 95 % : 1,26–1,56 ; P = 5,81 × 10-10) issues de populations européennes, ce qui reflète les résultats des recherches antérieures.

En s’appuyant sur des données internationales tirées d’autres études génétiques sur le cancer du sein, l’équipe a pu valider ces résultats chez des femmes d’ascendance chinoise et africaine. Ils ont découvert que les femmes d’ascendance africaine présentaient un risque particulièrement élevé de cancer du sein préménopausique du fait du gène variant.

La recherche a été publiée dans la revue International Journal of Cancer.