Un nouveau vaccin contre le cancer s’avère prometteur pour les cancers HER2 positifs


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un vaccin révolutionnaire a démontré la possibilité d’un bénéfice clinique significatif chez des patients atteints de cancers HER2 positifs.

Les résultats d’un essai clinique de phase I présentés à l’occasion de l’édition 2018 de la Conférence internationale sur l’immunothérapie du cancer (International Cancer Immunotherapy Conference) montrent que le vaccin thérapeutique ciblant HER2 a apporté un bénéfice clinique à plusieurs patients atteints de cancers HER2 positifs métastatiques qui n’avaient auparavant pas reçu de traitement ciblant HER2.

Parmi 11 patients évaluables qui avaient reçu une dose supérieure à la dose la plus faible du vaccin, 6 patients (54 %) ont démontré un bénéfice clinique. Une patiente atteinte d’un cancer de l’ovaire a présenté une réponse complète ayant duré 89 semaines, tandis qu’un patient atteint d’un cancer gastro-œsophagien a obtenu une réponse partielle ayant duré 16 semaines. Quatre autres patients, deux atteints d’un cancer du côlon, un atteint d’un cancer de la prostate et une atteinte d’un cancer de l’ovaire sont parvenus à une stabilisation de la maladie.

Les réactions indésirables étaient principalement des réactions au site d’injection. Des échocardiogrammes en série n’ont révélé aucun signe de toxicité cardiaque.

Sur la base des résultats et des données de sécurité d’emploi, l’Agence des produits alimentaires et médicamenteux des États-Unis (US Food and Drug Administration, FDA) a approuvé l’augmentation de la dose maximale et l’extension de l’essai aux patients ayant présenté une progression de la maladie à la suite de traitements antérieurs dirigés contre HER2. 

Les chercheurs espèrent également combiner le vaccin à des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire pour induire des réponses de cellules T qui transforment les tumeurs « froides » en tumeurs « chaudes » se prêtant à une immunothérapie par blocage des points de contrôle immunitaire.