Un nouveau tatouage électronique pour la surveillance cardiaque


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des ingénieurs ont développé une nouvelle technologie portable, qui pourrait faciliter la surveillance de la santé cardiaque et servir à estimer la pression artérielle.

Développé par des ingénieurs de l’Université du Texas (University of Texas) à Austin, le tatouage de détection cardiovasculaire électro-mécano-acoustique (EMAC) à base de graphène peut effectuer des mesures synchrones par électrocardiographe (ECG) et sismocardiographe (SCG), et extraire différents intervalles de temps cardiaques, notamment l’intervalle de temps systolique (ITS). Le dispositif comprend également une technologie de corrélation d’images numériques 3D, qui est utilisée pour cartographier les vibrations thoraciques afin d’identifier le meilleur emplacement sur la poitrine pour le tatouage électronique.

Bien que les tatouages électroniques souples pour la détection par ECG ne soient pas nouveaux, d’autres capteurs, comme le capteur pour SCG, sont toujours fabriqués à partir de matériaux non extensibles, ce qui les rend encombrants et inconfortables à porter. Étant donné que ce nouveau dispositif est léger et extensible, les développeurs affirment qu’il peut être placé au-dessus du cœur pendant des périodes prolongées, sans aucune gêne ou presque. 

Les ingénieurs ont découvert que ce nouveau dispositif est également capable d’estimer la pression artérielle en continu. Ils affirment que le tatouage pourrait également s’avérer utile dans d’autres contextes médicaux où les signatures mécano-acoustiques sont importantes, comme l’apnée obstructive du sommeil, ou qu’il pourrait même servir potentiellement à mesurer la systole au repos et pendant l’effort pour diagnostiquer une maladie de l’artère coronaire. 

Les ingénieurs ont présenté la technologie dans la revue Advanced Science