Un nouveau rapport présente des actions visant à lever les obstacles à l'accès aux antibiotiques dans les pays à revenu faible et intermédiaire

  • Frost I, et coll.
  • Center for Disease Dynamics, Economics & Policy
  • 11 avr. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport du Center for Disease Dynamics, Economics & Policy (CDDEP) émet des recommandations afin de réduire la charge de la mortalité liée à un accès insuffisant aux antibiotiques dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Les chercheurs du CDDEP ont mené des entretiens avec les parties prenantes en Ouganda, Inde et Allemagne, ainsi que des revues de la littérature pour identifier les principaux obstacles à l'accès aux antibiotiques dans les pays à revenu faible, intermédiaire et élevé.

Une formation aux antimicrobiens inadéquate des professionnels de santé, dont le nombre est insuffisant, des chaînes logistiques pharmaceutiques peu développées, des médicaments de mauvaise qualité et de contrefaçon ainsi des frais médicaux non remboursables élevés font partie des principaux problèmes identifiés dans le rapport Access Barriers to Antibiotics.

« Notre recherche montre que, sur 21 nouveaux antibiotiques mis sur le marché entre 1999 et 2014, moins de cinq ont été enregistrés dans la plupart des pays d'Afrique subsaharienne », a déclaré le Dr Ramanan Laxminarayan, directeur du CDDEP et co-auteur du rapport.

Le rapport émet plusieurs recommandations, notamment : proposition de mesures en faveur de la recherche et du développement des antibiotiques et du diagnostic, renforcement des capacités réglementaires, incitation au développement et à la diversification d'une fabrication locale de qualité, examen des méthodes innovantes de financement dans le but de réduire les dépenses non remboursées, sensibilisation et amélioration des directives de traitement clinique.

Les 5,7 millions de décès annuels mondiaux évitables au moyen d'un traitement antibiotique surviennent en majorité dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où la charge de la mortalité liée aux infections bactériennes curables dépasse largement l'estimation annuelle de 700 000 décès dus aux infections résistantes aux antibiotiques, selon le rapport.