Un nouveau rapport important appelle à une action urgente afin d'éviter une crise mondiale liée à la résistance aux antimicrobiens

  • Groupe spécial de coordination interinstitutions sur la résistance aux antimicrobiens (IACG) de l’ONU
  • Groupe spécial de coordination interinstitutions sur la résistance aux antimicrobiens (IACG) de l’ONU
  • 29 avr. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport conjoint de plusieurs agences a appelé à mettre en œuvre une action immédiate et coordonnée pour éviter une crise mondiale éventuellement désastreuse liée au phénomène de résistance aux antimicrobiens.

Si aucune action n'est entreprise - avertit le Groupe spécial de coordination interinstitutions sur la résistance aux antimicrobiens (IACG) de l’ONU - les maladies associées à la résistance aux médicaments pourraient provoquer 10 millions de décès par an d'ici 2050 avec des conséquences économiques aussi catastrophiques que la crise financière mondiale de 2008-2009. En 2030, la résistance aux antimicrobiens pourrait plonger près de 24 millions de personnes dans une extrême pauvreté, indique le rapport.

Actuellement, au moins 700 000 personnes décèdent chaque année de maladies résistantes aux médicaments, parmi lesquelles on compte 230 000 cas de tuberculose multirésistante aux médicaments.

Les santés humaine, animale, alimentaire et environnementale étant à l'évidence étroitement interconnectées, le rapport appelle à une approche de « Santé unique » coordonnée et multisectorielle.

Il recommande aux divers pays les mesures suivantes :

  • Prioriser les plans d'action nationaux visant à augmenter les financements et accroître les efforts de renforcement des capacités.
  • Instaurer des systèmes règlementaires plus stricts et encourager les programmes de sensibilisation pour un usage responsable et prudent des antimicrobiens par les professionnels de la santé humaine, animale et végétale.
  • Investir dans des programmes de recherche et développement ambitieux sur les nouvelles technologies afin de lutter contre la résistance aux antimicrobiens.
  • Éliminer de toute urgence les antimicrobiens d'importance critique comme facteurs de croissance en agriculture.

« Ce rapport propose des recommandations concrètes qui pourraient sauver des milliers de vies chaque année,” précise le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et co-président de l'IACG.