Un nouveau rapport confirme la hausse de l'antibiorésistance des zoonoses dans l'UE

  • European Food Safety Authority (Autorité européenne de sécurité des aliments) et European Centre for Disease Prevention and Control (Centre européen de prévention et contrôle des maladies)
  • European Food Safety Authority (Autorité européenne de sécurité des aliments) et European Centre for Disease Prevention and Control (Centre européen de prévention et contrôle des maladies)
  • 26 févr. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les antibiotiques (antimicrobiens) utilisés pour traiter les zoonoses, telles que la campylobactériose et la salmonellose, perdent en efficacité ; de nouvelles données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM, ECDC) et de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA, EFSA) confirment cette observation.

Le rapport en annexe présente les données 2017 de 28 États membres de l'UE chez l'homme, le porc et le bœuf âgés de moins d'un an, confirmant la tendance à l'augmentation de l'antibiorésistance identifiée les années précédentes.

Dans l'espèce Salmonella chez l'homme et dans des isolats des espèces Salmonella et E.coli chez le porc et le veau d'engraissement, des proportions élevées d'isolats ont présenté une résistance à l'ampicilline, aux sulfamides et aux tétracyclines, alors que la résistance aux céphalosporines de troisième génération était rare.

Dans l'espèce Campylobacter chez l'homme, des proportions élevées à très élevées d'isolats présentaient une résistance à la ciprofloxacine et aux tétracyclines, en particulier chez l'espèce Campylobacter coli (C.coli). Dans cinq pays, des proportions élevées à très élevées d'espèce C.coli chez l'homme se sont avérées également résistantes à l'érythromycine, ne laissant que peu d'options de traitement pour les infections sévères à Campylobacter.

Une résistance combinée aux antibiotiques extrêmement importants dans des isolats à la fois chez l'homme et chez l'animal était généralement rare, mais des niveaux très élevés à extrêmement élevés de multirésistance aux médicaments ont été observés pour l'espèce S.Typhimurium et son variant monophasique tant chez l'homme que chez l'animal. L'espèce S.Kentucky a présenté, chez l'homme, un niveau de résistance élevé à la ciprofloxacine et une importante prévalence des bêta-lactamases à spectre élargi (BLSE).