Un nouveau calculateur de risque cardiovasculaire à long terme basé sur les taux de cholestérol et leur prise en charge

  • Brunner FJ & al.
  • Lancet
  • 14 déc. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • À partir des données du Multinational Cardiovascular Risk Consortium rassemblant près de 400.000 individus et dont le suivi médian était de 13,5 ans, la survenue d’un évènement cardiovasculaire à l’âge de 65 ans est proportionnelle au taux de cholestérol non-HDL, de façon d’autant plus importante que l’élévation de celuici est précoce.

  • Une roue de prédiction a été établie permettant de déterminer le risque pour un âge donné, en fonction du niveau du taux de cholestérol non-HDL et du nombre de facteurs de risque cardiovasculaire associés.

Dans les recommandations de prise en charge des dyslipidémies, la décision thérapeutique est fondée sur le risque cardiovasculaire à 10 ans. Le risque à plus long terme est moins bien établi. Le consortium Multinational Cardiovascular Risk a donc voulu mieux explorer le pronostic lié à l’évolution du taux de cholestérol athérogène au cours de la vie et en tirer un outil synthétisant ces données en un calculateur simple d’utilisation.

Compilation de 38 cohortes nationales

Dans ce travail, les données de 38 des 44 des cohortes nationales de population issues d’Europe, Australie et États-Unis et formant le consortium Multinational Cardiovascular Risk ont été utilisées, soit 398.846 individus sans antécédent cardiovasculaire (âge médian 51,0 ans, 48,7% de femmes, 4,9% sous traitement hypolipémiant). Au total, 54.542 évènements coronariens fatals ou non sont survenus au cours des 5.604.735 personnes-années de suivi (durée médiane 13,5 ans).

L’analyse des données confirme dans un premier temps que le taux de cholestérol non-HDL est prédictif du risque cardiovasculaire ultérieur, notamment au-delà de 10 années de suivi et ce, même pour les taux les plus bas (

Chaque cohorte a été divisée en deux afin de former une cohorte de dérivation et une cohorte de validation de l’outil prédictif. Ce calculateur prend la forme d’une roue pour chaque sexe : pour chaque catégorie de taux moyen de cholestérol non-HDL, l’outil permet de repérer simplement le risque cardiovasculaire à long terme sans ou avec traitement hypolipémiant en fonction de l’âge du sujet et du nombre de facteurs de risque associés. Ainsi, pour exemple, les femmes ou les hommes de moins de 45 ans présentant un taux compris entre 3,7 et 4,8 mmol/L et au moins 2 facteurs de risque supplémentaires avaient une probabilité d’évènement cardiovasculaire de 15,6% et de 28,8% respectivement, à l'âge de 75 ans. Ce chiffre était abaissé à 3,6 et à 6,4% en cas de prise en charge appropriée.