Un mode de vie sain permet de réduire l’effet des variants génétiques sur le risque de cancer du sein

  • Arthur RS & al.
  • J Natl Cancer Inst
  • 3 janv. 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La plupart des cancers du sein invasifs sont associés à la présence de nombreux polymorphismes nucléotidiques simples (Single-Nucleotide Polymorphisms, SNP) à faible pénétrance.
  • Cette étude de la biobanque du Royaume-Uni révèle qu’un score élevé pour ces SNP est associé à une probabilité plus de deux fois plus importante de cancer du sein invasif.
  • Ce risque est réduit jusqu’à 31 % chez les femmes ayant un mode de vie très sain, en particulier chez les femmes ménopausées.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats pourraient pousser les femmes présentant un risque élevé lié aux SNP à adopter un mode de vie sain.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de 146 326 femmes a été analysée ; la durée de suivi médiane était de 7,1 ans.
  • L’indice de mode de vie sain (Healthy Lifestyle Index, HLI) a été établi à partir du régime alimentaire, de l’activité physique, du tabagisme, de la consommation d’alcool et des données d’anthropométrie, puis stratifié en tertiles (élevé, moyen, faible).
  • Un score de risque polygénique (SRP) a été obtenu à partir de 304 locus génétiques associés au cancer du sein (SNP), puis stratifié en tertiles.
  • Financement : Fondation de recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation).

Principaux résultats

  • Un SRP élevé (comparativement à un SRP faible) était associé à un risque plus de deux fois plus élevé de cancer du sein invasif :
    • rapport de risque (RR) de 2,64 chez les femmes non ménopausées ;
    • RR de 2,5 chez les femmes ménopausées.
  • Comparativement au tertile inférieur, le tertile supérieur de HLI était associé à :
    • une réduction de 22 % de l’incidence de cancer du sein chez les femmes non ménopausées (RR : 0,78 ; IC à 95 % : 0,64–0,94) ;
    • une réduction de 31 % chez les femmes ménopausées (RR : 0,69 ; IC à 95 % : 0,63–0,77).

Limites

  • Le mode de vie était autodéclaré.
  • Étude observationnelle.