Un médicament utilisé contre l’ADHD affecte le développement cérébral chez l’enfant


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude suggère que l’utilisation du méthylphénidate (MPH) pour prendre en charge le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (attention-deficit/hyperactivity disorder, ADHD) pourrait affecter le développement cérébral chez l’enfant.

Dans l’étude prospective en question, 50 garçons naïfs de traitement stimulant et 49 jeunes hommes adultes ayant reçu un diagnostic d’ADHD (tous types confondus) ont été randomisés pour recevoir un traitement par MPH ou placebo pendant 16 semaines.

Une semaine avant et une semaine après l’arrêt du traitement, les participants à l’étude ont fait l’objet d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), y compris d’une imagerie du tenseur de diffusion (ITD). Le critère d’évaluation était la variation de l’anisotropie fractionnelle (AF), laquelle a été évaluée dans trois régions d’intérêt (RI), ainsi que dans une analyse basée sur les voxels dans la substance blanche du cerveau.

Les données ont été analysées en utilisant des modèles mixtes linéaires en intention de traiter pour l’analyse des RI et une méthode par permutation pour l’analyse basée sur les voxels avec correction des erreurs côté famille.

Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Radiology montrent que l’analyse des RI de l’AF n’a conduit à aucun effet significatif du temps. Cependant, l’analyse basée sur les voxels a révélé des effets d’interaction significatifs du temps en fonction du médicament et de l’âge (P 

Des changements similaires n’étaient pas présents chez les garçons ayant reçu le placebo, ni chez les hommes adultes.