Un médecin spécialisé en fertilité a utilisé son propre sperme pour inséminer des patientes


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un médecin canadien spécialisé dans le traitement de l’infertilité a perdu son permis d’exercer la médecine, après qu’il est apparu qu’il avait utilisé les mauvais échantillons de sperme (notamment les siens) pour inséminer ses patientes.

Bernard Norman Barwin, actuellement âgé de 80 ans, fait l’objet d’une action en justice collective alléguant qu’il est le père biologique d’au moins 11 enfants conçus dans ses cliniques. Il est accusé d’avoir utilisé le mauvais sperme chez 50 à 100 femmes.

Le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario (College of Physicians and Surgeons of Ontario, CPSO) a lancé une enquête après le dépôt de l’action en justice collective. Le collège a documenté 13 cas dans lesquels le Dr Barwin avait utilisé son propre sperme ou le sperme d’un donneur inconnu. Les cas remontent jusqu’aux années 1970 et concernent des patientes provenant d’au moins 2 cliniques de fertilité.

L’expert retenu par le collège pour mener l’enquête a suggéré que les cas étaient peut-être plus nombreux. « Étant donné que 11 bébés sont nés de l’insémination de femmes par le Dr Barwin avec son propre sperme, il est très probable que d’autres femmes aient fait l’objet de ces inséminations, mais qu’elles n’aient pas réussi à concevoir », a déclaré l’expert dans son rapport.