Un médecin est impliqué dans une fuite massive de données relatives au VIH


  • Mary Corcoran
  • Univadis Medical News
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une enquête est en cours après la fuite sur Internet de données confidentielles concernant 14 200 personnes diagnostiquées comme étant porteuses du VIH et 2 400 de leurs contacts. Les autorités estiment que l’incident s’est produit en raison d’une mauvaise « gestion des informations » par un médecin de Singapour. 

Le ministère de la Santé (MS) de Singapour a confirmé la violation des données cette semaine, affirmant que les informations comprenaient les renseignements personnels et les informations médicales de 5 400 Singapouriens et 8 800 étrangers diagnostiqués comme étant porteurs du VIH. 

Dans un communiqué, le MS a déclaré qu’il estimait que les informations sont en possession d’un citoyen américain du nom de Mikhy K. Farrera Brochez, qui avait auparavant résidé à Singapour, mais qui avait été expulsé après avoir purgé une peine pour fraude et délits de drogue. M. Brochez est l’ancien partenaire du médecin singapourien, M. Ler Teck Siang, qui était à la tête de l’Unité de santé publique nationale du MS. 

Le MS a estimé que ce dernier incident en date s’était produit « suite à une mauvaise gestion des informations de la part de M. Ler, qui est soupçonné de ne pas avoir respecté les politiques et recommandations sur la gestion des informations confidentielles ».

Le ministère a indiqué « prendre les choses très au sérieux » et qu’il n’hésitera pas à prendre « des mesures sévères » contre les personnes dont la gestion des informations confidentielles n’est pas « adéquate ».