Un IMC plus élevé constitue-t-il un facteur de risque de forme sévère du COVID-19 ?

  • Ong SWX & al.
  • Clin Infect Dis
  • 8 mai 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé est lié à une sévérité accrue de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) chez les patients de moins de 60 ans, selon cette étude de Singapour.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un seuil d’IMC supérieur ou égal à 25 pourrait être important pour la stratification du risque, en particulier chez les patients plus jeunes d’ascendance asiatique.

Principaux résultats

  • 91 patients atteints du COVID-19 confirmé par test de la réaction en chaîne par polymérase après transcription inverse (Reverse Transcription-Polymerase Chain Reaction, RT-PCR) ont été regroupés en fonction de l’IMC :
    • Inférieur à 25 : 56 % (51).
    • 25–30 : 31,9 % (29).
    • 31–35 : 7,7 % (7).
    • Supérieur à 35 : 4,4 % (4).
  • Dans une analyse ayant inclus tous les âges, les patients ayant un IMC supérieur ou égal à 25, par rapport à un IMC inférieur à 25, ne présentaient pas de différence concernant les caractéristiques à l’inclusion ou les résultats cliniques.
  • Parmi un sous-groupe de patients âgés de moins de 60 ans, un IMC supérieur ou égal à 25 a été significativement associé à :
    • une pneumonie à la radiographie thoracique : P = 0,017 ;
    • la nécessité d’une supplémentation en oxygène à faible débit : RC : 6,32 (IC à 95 % : 1,23–32,34) ;
    • la nécessité d’une ventilation artificielle : RC : 1,16 (IC à 95 % : 1,00–1,34).
  • Les patients ayant un IMC supérieur ou égal à 25 avaient également des taux significativement plus élevés de lactate déshydrogénase sérique (P = 0,011), ce qui a été associé à la sévérité du COVID-19.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a évalué l’association entre l’IMC et la sévérité du COVID-19 chez des patients admis au Centre national des maladies infectieuses (National Centre for Infectious Diseases), à Singapour.
  • Critères d’évaluation : l’hypoxie nécessitant une supplémentation en oxygène, l’admission en unité de soins intensifs (USI), le recours à une ventilation artificielle, la mortalité.
  • Financement : Fonds de recherche pour le COVID-19 du Conseil national de la recherche médicale de Singapour (National Medical Research Council, NMRC).

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective.
  • Pas de groupe témoin.
  • Le caractère généralisable des résultats est limité.