Un guide nutritionnel gratuit destiné aux médecins


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Comité des médecins pour une médecine responsable (Physicians Committee for Responsible Medicine), une organisation à but non lucratif, a publié la troisième édition de son Guide nutritionnel destiné aux cliniciens sous forme d’application disponible en téléchargement gratuit sur les plateformes GooglePlay et Apple Store.

Ce manuel de référence médicale détaillé fournit les dernières informations factuelles sur le rôle de la nutrition dans la prévention et le traitement de près de 100 affections, notamment la maladie d’Alzheimer, le diabète de type 2, la grippe et la polyarthrite rhumatoïde. Le guide a pour but de fournir gratuitement des données probantes rapportées par des experts sur lesquelles les professionnels de santé peuvent s’appuyer. L’application comprend un examen approfondi de la nutrition générale, des macronutriments, des micronutriments et des besoins nutritionnels à chaque étape de la vie.

« Le guide nutritionnel destiné aux cliniciens remplit un rôle crucial pour les étudiants en médecine et les cliniciens en exercice. Il fournit les informations nutritionnelles essentielles à la lutte contre le diabète, les cardiopathies, le cancer, l’obésité et des dizaines d’autres affections. Pourtant, il est insuffisamment mis en valeur dans les écoles de médecine », a déploré le président du Comité des médecins, Neal Barnard. « La nouvelle application du Guide nutritionnel destiné aux cliniciens permet à chaque professionnel de santé d’avoir accès à un ensemble détaillé de connaissances nutritionnelles dans la poche de sa blouse. »

Les études ont montré que plus de la moitié des étudiants en médecine estiment que l’enseignement qu’ils ont reçu en matière de nutrition est inadéquat et que peu de médecins sont à l’aise avec la prise en charge des problèmes nutritionnels des patients.