Un financement record pour la recherche sur les maladies négligées


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le financement de la recherche et du développement (R&D) pour les maladies négligées en 2017 a atteint son niveau le plus élevé jamais enregistré, soit plus de 3,566 milliards de dollars (3,15 milliards d’euros). 

Ces chiffres figurent dans le 11e rapport G-FINDER annuel, l’enquête la plus complète au monde sur le financement de la R&D pour les maladies infectieuses négligées, qui touchent de façon disproportionnée les personnes des pays en développement, comme le paludisme, la maladie du sommeil et la tuberculose (TB). 

Selon le rapport, le secteur public a continué à être la source la plus importante de financement pour la recherche sur les maladies négligées, en contribuant à hauteur des deux tiers environ du montant total. De nouveaux investissements significatifs ont été consentis en provenance de l’Europe, le Royaume-Uni ayant accru sa contribution de 89 % pour atteindre 186 millions de dollars, la Commission européenne de 50 % pour atteindre 119 millions de dollars et le gouvernement allemand de 39 % pour atteindre 65 millions de dollars. Le financement public provenant des pays à revenus faibles et intermédiaires a augmenté de 19 % pour atteindre 105 millions de dollars, l’Inde ayant contribué à hauteur de près des trois quarts de ce total. Le gouvernement des États-Unis était le bailleur de fonds public le plus important au monde, avec une hausse de sa contribution de 1,5 % pour atteindre un total de 1 595 millions de dollars.

Malgré ce chiffre record élevé, les taux de financement globaux ont été inférieurs aux objectifs mondiaux. 

Comme lors des années précédentes, le VIH/SIDA, le paludisme et la TB ont collectivement reçu plus des deux tiers de l’ensemble des financements mondiaux consacrés à la R&D sur les maladies négligées en 2017.