Un faible taux de vitamine D à la naissance est associé à une pression artérielle élevée durant l’enfance


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un faible taux de vitamine D de la naissance à la petite enfance pourrait être associé à un risque accru de pression artérielle systolique (PAS) élevée durant l’enfance et l’adolescence, selon une nouvelle recherche. 

Des chercheurs ont suivi une cohorte de 775 enfants, de la naissance jusqu’à l’âge de 18 ans, qui ont été recrutés au Centre médical de Boston (Boston Medical Center), aux États-Unis, afin d’étudier l’effet de l’évolution du taux de vitamine D lors des premières années de vie sur la PAS durant l’enfance. Des taux de vitamine D faibles ont été définis comme un taux plasmatique de 25(OH)D inférieur à 11 ng/ml à la naissance et inférieur à 25 ng/ml durant la petite enfance. Une PAS élevée a été définie comme une PAS supérieure ou égale au 75e centile. 

L’étude a révélé qu’un faible taux de vitamine D durant la petite enfance était associé à un risque plus élevé d’environ 60 % de PAS élevée entre les âges de 6 et 18 ans. Les enfants qui avaient des taux de vitamine D constamment faibles durant la petite enfance présentaient un risque doublé d’avoir une PAS élevée entre les âges de 3 et 18 ans.

Présentant les résultats dans la revue Hypertension, les auteurs ont déclaré : « Le dépistage des taux de vitamine D pendant la grossesse ou lors des premières années de vie doit être recommandé pour les femmes enceintes et leur bébé qui présentent un risque élevé, comme celles présentant des affections entraînant un risque cardiométabolique, afin qu’ils fassent l’objet d’un traitement et d’une surveillance appropriés. »