Un faible taux de testostérone n’est pas un facteur prédictif indépendant d’IC

  • Schäfer S & al.
  • ESC Heart Fail

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • De faibles taux de testostérone ne permettent pas de prédire indépendamment l’insuffisance cardiaque (IC) après correction des analyses pour prendre en compte l’indice de masse corporelle (IMC) ou le rapport taille/hanches.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’incidence de l’IC est en hausse chez les hommes, ce qui laisse entrevoir l’implication des hormones stéroïdes sexuelles.
  • Ces résultats proviennent d’une analyse de l’étude FINRISK97 de grande envergure basée sur la population.

Principaux résultats

  • Sur les 7 855 participants de l’étude, les hommes avaient des taux de testostérone circulante plus élevés que les femmes et présentaient davantage de facteurs de risque cardiovasculaire.
  • 8,3 % des cas incidents d’IC sont survenus chez des hommes et 6,1 % chez des femmes pendant une durée médiane de 13,8 ans en ligne.
  • Les taux de testostérone parmi les participants ayant développé une IC n’étaient pas différents des taux de testostérone de ceux n’ayant pas développé d’IC dans le cadre d’analyses corrigées pour prendre en compte l’IMC et le rapport taille/hanches, lesquels ont montré une association (P < 0,001).

Méthodologie

  • 3 865 hommes et 3 990 femmes ayant participé à l’étude FINRISK97.
  • Financement : Septième programme-cadre de l’Union européenne.

Limites

  • Pas de prélèvements en série.
  • Les échantillons ont été conservés pendant plus de 20 ans.