Un enfant meurt toutes les cinq secondes : nouveau rapport


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Il est estimé que 6,3 millions d’enfants de moins de 15 ans sont décédés l’année dernière, principalement en raison de causes évitables, selon les nouvelles données sur la mortalité infantile publiées par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (United Nations International Children’s Emergency Fund, UNICEF), la Division de la population des Nations unies (United Nations Population Division) et le Groupe de la Banque mondiale (World Bank Group). 

Les dernières estimations de la mortalité montrent que même si des réductions importantes de la mortalité infantile ont été constatées, environ 5,4 millions de ces décès sont survenus au cours des cinq premières années de vie, les nouveau-nés représentant environ la moitié des décès. Environ 50 % de l’ensemble des décès à l’échelle mondiale survenant avant l’âge de 5 ans se sont produits en Afrique subsaharienne, et 30 % en Asie du Sud. Dans les pays à revenu élevé, ce chiffre est d’un enfant sur 185. Le rapport a également identifié des disparités entre les pays, avec une mortalité infantile significativement plus élevée dans les zones rurales et chez les enfants dont la mère n’a pas été scolarisée. 

 « Si nous n’agissons pas de toute urgence, 56 millions d’enfants de moins de 5 ans, dont la moitié seront des nouveau-nés, mourront d’ici à 2030 », s’est alarmé Laurence Chandy, directeur de la division des données, de la recherche et des politiques de l’UNICEF. « En dépit des progrès remarquables que nous avons accomplis depuis 1990, des millions d’enfants continuent de mourir en raison de qui ils sont et de l’endroit où ils sont nés. Il suffit de solutions simples, telles que des médicaments, de l’eau salubre, de l’électricité et des vaccins, pour changer cette réalité pour chaque enfant. »