Un drone livre un rein pour une greffe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans ce qui est décrit comme une avancée majeure dans le cadre de la médecine de transplantation, un aéronef sans pilote spécialement conçu a livré un rein provenant d’un donneur à des chirurgiens ayant permis la réussite d’une greffe chez une patiente présentant une insuffisance rénale. 

Des médecins transplanteurs et des chercheurs de l’école de médecine de l’Université du Maryland (University of Maryland School of Medicine, UMSOM) et du centre médical de l’Université du Maryland (University of Maryland Medical Center, UMMC) à Baltimore, aux États-Unis, ont travaillé avec des experts en aéronautique et en ingénierie au site de test des systèmes d’aéronef sans pilote (Unmanned Aircraft Systems, UAS), à l’Université du Maryland (University of Maryland), pour mener à bien le projet. Avant le vol décisif, les partenaires ont travaillé ensemble à développer et tester l’UAS en transportant d’abord avec succès des tubes contenant des solutions salines et du sang et un rein humain sain mais non viable.

Durant la dernière phase, l’organe viable a été placé dans un aéronef sans pilote et des paramètres tels que la température, la pression barométrique, l’altitude, les vibrations et la localisation ont été mesurés à l’aide d’une technologie développée sur mesure intitulée Appareil de surveillance et d’assurance de la qualité des organes humains pour les voyages longue distance (Human Organ Monitoring and Quality Assurance Apparatus for Long-Distance Travel, HOMAL). 

Même s’il s’agit d’une nouvelle technologie, les personnes impliquées affirment que ce système de transport pourrait accélérer les délais de livraison des organes, élargir l’accès à un plus grand nombre d’organes, améliorer la sécurité et à terme les résultats des patients à l’avenir. 

La receveuse de l’organe, une femme de 44 ans, a pu regagner son domicile le mois dernier.