Un double traitement anti-HER2 se montre prometteur dans le cadre de l’adénocarcinome œsophagien

  • Stroes CI & al.
  • J Clin Oncol
  • 6 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout de trastuzumab et de pertuzumab à une chimiothérapie néoadjuvante améliore la survie, comparativement à des témoins historiques, dans le cadre d’un essai de phase II mené auprès de patients atteints d’un adénocarcinome œsophagien résécable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études précliniques et des études portant sur le cancer du sein suggèrent qu’un double traitement ciblant le récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2, HER2) pourrait permettre d’améliorer les résultats.

Protocole de l’étude

  • Une étude de faisabilité à groupe unique (n = 40) a été menée en ouvert. Tous les patients ont reçu une radiochimiothérapie néoadjuvante à base de carboplatine, de paclitaxel et de 41,4 Gy de radiothérapie, avec 4 mg/kg de trastuzumab au jour 1, 2 mg/kg par semaine aux semaines 2 à 6, et 6 mg/kg par semaine aux semaines 7, 10 et 13. Ils ont également reçu 840 mg de pertuzumab toutes les 3 semaines.
  • Financement : Centre médical universitaire, Pays-Bas ; Hoffmann-La Roche.

Principaux résultats

  • Sur 40 patients, 33 (83 %) ont terminé le traitement par trastuzumab et pertuzumab.
  • 34 % des patients ont obtenu une réponse complète pathologique.
  • Le taux de SSP à 3 ans était de 72,3 % ; le taux de SG à 3 ans était de 71,3 % (durée de suivi médiane : 32,1 mois).
  • Comparativement à une cohorte historique appariée selon les scores de propension, le traitement combiné anti-HER2 était associé à une amélioration significative de la SG (rapport de risque [RR] : 0,58 ; IC à 95 % : 0,34–0,97).
  • La réponse au traitement était meilleure chez les patients présentant une surexpression de HER2/HER3 et une tumeur positive pour la protéine liée au récepteur du facteur de croissance (Grb7).

Limites

  • Étude non contrôlée menée en ouvert, échantillon de petite taille.