Un dépistage par examen TDM n’est pas utile chez les diabétiques sans symptômes de cardiopathie


  • JAMA
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Importance La coronaropathie est une cause majeure de morbidité et de mortalité cardiovasculaires chez les patients diabétiques, mais elle est souvent asymptomatique avant un infarctus du myocarde et le décès d’origine coronarienne.

Objectif Évaluer si un dépistage systématique de coronaropathie par coronarographie-TDM chez des patients atteints de diabète de type 1 ou 2, jugés à risque cardiaque élevé, suivi d’un traitement préconisé par la coronarographie-TDM réduirait le risque de décès et d’événements coronariens non mortels.

Conception, environnement et participants L’étude FACTOR-64 était un essai clinique randomisé dans lequel 900 patients diabétiques de type 1 ou 2 depuis au moins 3 à 5 ans et sans symptômes de coronaropathie ont été recrutés dans 45 cliniques et cabinets médicaux relevant d’un seul système de santé (services de santé Intermountain, dans l’Utah). Les patients ont été inscrits dans un seul centre de coordination et randomisés pour bénéficier d’un dépistage de coronaropathie par coronarographie-TDM (n = 452) ou pour recevoir des soins médicaux optimisés du diabète fondés sur des directives nationales standard (n = 448) (valeurs cibles : taux d’hémoglobine glyquée  50 mg/dl [femmes] ou > 40 mg/dl [hommes], taux de triglycérides

Principaux critères d’évaluation et mesures Le critère d’évaluation principal était un critère combinant la mortalité toutes causes confondues, l’infarctus du myocarde (IDM) non mortel ou un angor instable nécessitant une hospitalisation ; le critère d’évaluation secondaire était les événements cardiovasculaires indésirables majeurs d’origine ischémique (critère combinant la mortalité due à une coronaropathie, l’IDM non mortel ou l’angor instable).

Résultats À l’issue d’une durée moyenne de suivi de 4,0 (ET = 1,7) ans, les taux d’événements cibles du critère d’évaluation principal ne présentaient pas de différence significative entre les groupes de coronarographie-TDM et témoin (6,2 % [28 événements] contre 7,6 % [34 événements] ; risque relatif = 0,80 [IC à 95 % : 0,49 à 1,32] ; p = 0,38). L’incidence d’événements cibles du critère d’évaluation secondaire combiné des événements cardiovasculaires majeurs d’origine ischémique ne différait pas non plus entre les groupes (4,4 % [20 événements] contre 3,8 % [17 événements] ; risque relatif = 1,15, [IC à 95 % : 0,60 à 2,19,] ; p = 0,68).

Conclusions et pertinence Chez les patients diabétiques de type 1 ou 2 et asymptomatiques, le recours à la coronarographie-TDM pour dépister une coronaropathie n’a pas réduit le taux d’événements cibles du critère d’évaluation combiné de mortalité toutes causes confondues, d’IDM non mortel ou d’angor instable nécessitant une hospitalisation, au bout de 4 ans. Ces résultats ne plaident pas en faveur d’un dépistage par coronarographie-TDM dans cette population.