Un décès sur cinq est associé à une mauvaise alimentation


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’amélioration de l’alimentation pourrait éventuellement empêcher un décès sur cinq dans le monde, selon une nouvelle étude sur la charge mondiale de morbidité (GBD) publiée dans la revue The Lancet.

L’étude a suivi les tendances en matière de consommation de 15 facteurs alimentaires, de 1990 à 2017 dans 195 pays, et a révélé que la consommation de la quasi-totalité des aliments sains et des nutriments était sous-optimale en 2017 au niveau mondial.  

Il est globalement estimé qu’en 2017, 11 millions de décès étaient attribuables à une mauvaise alimentation, contre 8 millions en 1990. Ce chiffre comprend 10 millions de décès dus aux maladies cardiovasculaires, 913 000 décès dus aux cancers et près de 339 000 décès dus au diabète de type 2. 

Un apport élevé en sodium, un apport faible en céréales complètes et un apport faible en fruits étaient les principaux facteurs de risque alimentaires de décès et d’années de vie corrigées de l’incapacité dans le monde et dans de nombreux pays. Les insuffisances les plus importantes concernant la consommation mondiale ont été constatées pour les aliments tels que les fruits à coque et les graines, le lait et les céréales complètes, tandis que les boissons sucrées, la viande transformée et le sodium étaient consommés en trop grande quantité. Les auteurs ont noté que, pour l’ensemble des 15 facteurs alimentaires, les décès associés à une consommation insuffisante d’aliments sains étaient plus nombreux que les décès associés à une consommation excessive d’un trop grand nombre d’aliments malsains.

Les auteurs ont indiqué que leurs résultats soulignent la nécessité urgente d’efforts coordonnés à l’échelle mondiale pour améliorer l’alimentation.