Un conseiller service pour les patients ayant une lombalgie aiguë commune


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La lombalgie aiguë commune est le deuxième motif de consultation en médecine générale. Si elle évolue le plus souvent de manière favorable, elle se chronicise dans 7% des cas. La HAS a fait paraître récemment une « fiche mémo » sur sa prise en charge. Le document insiste pour que le praticien veille à ce que le patient maintienne ou reprenne rapidement ses activités physiques et soit rassuré sur le caractère bénin de ses douleurs. Il indique également les facteurs de risque du passage à la chronicité et la conduite à tenir quand ils sont présents. La prise en charge pluridisciplinaire (médecin traitant, médecin spécialiste, masseur-kinésithérapeute, médecin du travail) occupe une place prépondérante.

L’Assurance maladie relaie cette fiche en lançant une campagne nationale sur le sujet et avec deux propositions en direction des patients et des professionnels de santé.

Pour les patients, elle met en place une nouvelle offre de service : le conseiller service, agent du service médical auprès de la CPAM. À la demande du médecin traitant, il peut proposer aux patients de les aider dans leurs démarches auprès du service social de l’Assurance maladie, au besoin organiser une consultation auprès du médecin-conseil et faciliter le recours à leur médecin du travail. En effet, le maintien en emploi est essentiel pour la prise en charge des patients lombalgiques. Aussi il est important que les professionnels concernés se coordonnent pour leur proposer une visite de pré-reprise ou anticiper une adaptation de leur poste de travail en cas d’arrêt de travail, qui doit être le plus bref possible.

Par ailleurs, l’Assurance maladie publie une brochure d’informations élaborée conjointement par le Collège de la médecine générale, la Société française de rhumatologie, la Société française de médecine physique et de réadaptation, la Société française de médecine du travail et le Collège de la masso-kinésithérapie : « Lombalgie aiguë commune : comment orienter la prise en charge pluridisciplinaire et favoriser la reprise de l’activité professionnelle. » Elle sera remise aux professionnels de santé concernés par les délégués de l’Assurance maladie à partir de la mi-juin et sera disponible sur le site ameli.fr .

Cette brochure complète les trois documents déjà disponibles sur le sujet : la fiche mémo de la HAS (https://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_2961499/fr/prise-en-charge-du-patient- presentant-une-lombalgie-commune), la brochure d’information de l’Assurance maladie sur la prévention du passage à la chronicité de la lombalgie aiguë commune (https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/346618/document/lombalgie- professionnels-de-sante_assurance-maladie.pdf) et le livret patient (https://www.ameli.fr/sites/default/files/Documents/346615/document/lombalgie-que- faire_assurance-maladie.pdf). Il existe également une application mobile pour les patients, Activ’Dos, déjà téléchargée plus de 300.000 fois.

À partir du 19 mai, l’Assurance maladie diffusera des vidéos de 30 et 12 secondes sur le web et à la télévision ainsi que dans les gares et les cabinets médicaux. Des chroniques d’information seront diffusées sur RTL. Le thème de cette campagne sera « Pour que le mal de dos s’arrête, mieux vaut ne pas s’arrêter. » Il complète celui de la campagne de 2017 : « En cas de mal de dos, le bon traitement, c’est le mouvement. »