Un centre de dialyse durement touché par le COVID-19 lance une alerte

  • Vincent Richeux

  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Compiègne, France — Au service de dialyse de la polyclinique Saint Côme, à Compiègne, sur les 110 patients pris en charge, 15 ont été infectés par le Covid-19, dont certains au centre ou lors du trajet pour s’y rendre. Parmi eux, sept sont décédés ont annoncé les trois médecins néphrologues du service dans un message d’alerte publié sur le site de la Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation (SFNDT). Ils suggèrent d’appliquer sans attendre des mesures préventives renforcées pour protéger ces patients particulièrement vulnérables, obligés de sortir du confinement pour être traités, ainsi que le personnel soignant.

« Il nous paraît indispensable de vous conseiller d’anticiper l’arrivée du virus dans vos unités de dialyse et de ne pas attendre le premier cas pour mettre en place des mesures préventives et de modifications de vos organisations », précisent les Drs Anthony Corchia, Eléonore Désert et Ayman Sarraj dans leur message, en s’adressant aux autres équipes de néphrologie avec lesquelles ils souhaitent partager leur expérience.

« Il s’agit de faire prendre conscience des risques pour les patients dialysés et les soignants. Les mesures mises en place dans notre centre permettent notamment d’orienter directement les patients suspects venant en dialyse vers un secteur dédié. Les cas d’infection suivent désormais la tendance en population générale et plus aucun soignant n’a depuis été contaminé », a précisé le Dr Sarraj, auprès de Medscape édition française.

Le centre de néphrologie et de dialyse de Compiègne est situé dans le département de l’Oise, où est apparu le premier cluster français d’infections par le COVID-19. « Nous avons probablement 7 à 10 jours d’avance sur le reste de la France. Nous souhaitons vous alerter sur le risque de propagation rapide du virus parmi les patients dialysés », poursuivent les médecins.

Transmission entre patients

Ils précisent que sur les 110 patients dialysés pris en charge dans le service, 15 ont été infectés par le Covid-19. Parmi eux, sept sont décédés et un patient est toujours en réanimation. Par ailleurs, trois soignants ont également été infectés. Leur état n’était pas inquiétant et ils ont depuis repris le travail, a précisé le Dr Sarraj.

Le centre de Compiègne a pu identifier quelques modes de contamination. Cinq patients dialysés ont ainsi été infectés au centre, après avoir été en contact avec le premier cas positif. Ce premier patient infecté était symptomatique le 24 février 2020. Les mesures de prévention renforcées ont été appliquées à partir du 3 mars. « Les soignants et patients infectés dans le centre ont été testés positifs entre ces deux dates », souligne le néphrologue.

Par ailleurs, deux patients ont été contaminés lors de leur transport par le même chauffeur de taxi testé positif et trois autres ont été contaminés en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

 

Retrouvez la suite de cet article sur Medscape