Un cas de cécité est causé par un régime alimentaire à base de malbouffe


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des cliniciens au Royaume-Uni ont rapporté le cas d’une neuropathie optique (NO) d’origine nutritive chez un adolescent de 17 ans, en raison d’une mauvaise alimentation. 

L’adolescent s’est présenté à un neuro-ophtalmologue après deux années de perte progressive de la vision. Son indice de masse corporelle était normal (22 kg/m2).

Les résultats étaient compatibles avec une NO : une acuité visuelle de 20/200 aux deux yeux, la lecture de 8 planches colorées sur 17 au test d’Ishihara avec l’un ou l’autre œil, des réponses pupillaires et des résultats à l’examen à la lampe à fente normaux, la présence de déficits du champ visuel central aux deux yeux et la perte de fibres nerveuses rétiniennes affectant les disques optiques au niveau temporal et les faisceaux maculopapillaires.

À l’exception de réponses P100 retardées dans les potentiels évoqués visuels avec des amplitudes normales, l’examen neurologique s’est avéré normal. Les tests génétiques visant à dépister une NO héréditaire de Leber se sont révélés négatifs.

L’évaluation en laboratoire a montré des taux élevés d’homocystéine et d’acide méthylmalonique, indiquant une déficience fonctionnelle en vitamine B12. Ce résultat a incité à réaliser d’autres examens sur son statut nutritionnel.

Le patient a signalé ne pas manger d’aliments ayant certaines textures depuis sa petite enfance. Il consommait chaque jour une portion de frites à la boutique de Fish & Chips du coin et grignotait des chips, du pain blanc, des tranches de jambon industriel et des saucisses.

Le patient s’est fait prescrire des suppléments nutritifs et a été orienté vers des services de santé mentale pour prendre en charge son trouble alimentaire. Ses acuités visuelles se sont stabilisées, mais n’ont pas connu d’amélioration.