Un cancer du poumon survient-il souvent chez les patients atteints d’une FPI ?

  • JafariNezhad A & al.
  • PLoS One
  • 1 janv. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un cancer du poumon est diagnostiqué chez 13,54 % des patients atteints d’une fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) et il est neuf fois plus fréquent chez les hommes atteints d’une FPI que chez les femmes.

Pourquoi est-ce important ?

  • La FPI est l’une des pneumopathies interstitielles diffuses les plus fréquentes et sa prévalence est en augmentation aux États-Unis.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 35 études dans 8 pays, incluant 131 947 patients atteints d’une FPI a été réalisée.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 6 384 patients étaient atteints d’un cancer du poumon.
  • La prévalence globale du cancer du poumon chez les patients atteints d’une FPI était de 13,54 % (IC à 95 % : 10,43–17,4 %).
  • La prévalence de FPI la plus élevée a été identifiée au Japon, avec 22,12 % (IC à 95 % : 11,35–38,64 %), et la plus faible au Danemark, avec 5,79 % (IC à 95 % : 2,79–11,64 %).
  • La prévalence de cancer du poumon était significativement plus élevée chez les hommes atteints d’une FPI que chez les femmes atteintes d’une FPI (91,22 % contre 9,48 % ; P = 0,000).
  • 90,74 % des patients atteints d’une FPI étaient fumeurs.
  • Le carcinome épidermoïde était le type le plus fréquent de cancer du poumon chez les patients atteints d’une FPI (37,82 %), suivi de l’adénocarcinome (30,79 %), du cancer à petites cellules (20,48 %), du cancer à grandes cellules (5,21 %) et du carcinome adéno-épidermoïde (4,81 %).

Limites

  • Aucune définition consensuelle de la FPI.