Un biomarqueur d’imagerie se montre prometteur pour le diagnostic du CCR

  • Skrede OJ & al.
  • Lancet
  • 1 févr. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un biomarqueur d’imagerie développé par le biais de réseaux de neurones permet de stratifier les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) de stades II et III dans des groupes pronostiques, qui pourraient être utilisés pour guider la sélection des patients pour le traitement adjuvant.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusque-là, les biomarqueurs traditionnels n’ont pas permis de déterminer le pronostic dans le cadre du CCR de stade précoce.

Protocole de l’étude

  • 10 réseaux de neurones ont analysé plus de 12 000 000 tuiles d’images (balayage numérique de sections de tissu tumoral après une coloration classique à l’hématoxyline et à l’éosine), issues de cohortes d’entraînement (n = 828), d’ajustement (n = 1 645), de test (n = 920) et de validation (n = 1 122).
  • Les patients obtenant des résultats favorables étaient âgés de moins de 85 ans au moment de l’intervention chirurgicale, ont fait l’objet d’un suivi de plus de 6 ans après la chirurgie, et n’ont présenté ni récidive ni décès spécifique au cancer.
  • Les patients obtenant des résultats défavorables étaient âgés de moins de 85 ans au moment de l’intervention chirurgicale et ont présenté un décès spécifique au cancer entre 100 jours et moins de 2,5 ans après l’intervention chirurgicale.
  • Les patients qui ne rentraient dans aucune des deux catégories étaient considérés comme indéterminés, et leurs données ont été utilisées pour affiner le modèle.  
  • Financement : Conseil de recherche de la Norvège.

Principaux résultats

  • Dans la cohorte de validation, le biomarqueur distinguait un pronostic défavorable d’un pronostic favorable (rapport de risque [RR] : 3,84 ; P 
  • Après une correction pour prendre en compte les marqueurs pronostiques connus qui étaient significativement prédictifs lors des analyses univariées (stade pN, stade pT, invasion lymphatique, invasion vasculaire veineuse), le biomarqueur restait un prédicteur significatif (RR : 3,04 ; P 

Limites

  • Le biomarqueur n’a pas été confirmé de manière prospective.