Un bain de bouche contient de la doxépine pour la mucite orale radio-induite


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une étude a révélé un bénéfice clinique minimal avec un bain de bouche contenant de la doxépine ou de la diphénhydramine, de la lidocaïne et un anti-acide pour le traitement de la douleur liée à la mucite orale, chez des patients faisant l’objet d’une radiothérapie de la tête et du cou.

Dans un essai de phase III, des patients ayant un score de douleur liée à une mucite orale supérieur ou égal à 4 points (échelle de 0 à 10) ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir un bain de bouche contenant de la doxépine à une concentration de 25 mg/5 ml d’eau (n =92), un bain de bouche contenant de la diphénhydramine, de la lidocaïne et un anti-acide (n = 91) ou un placebo (n = 92). La différence cliniquement importante minimale était une réduction de 3,5 points au score de douleur dans les quatre heures suivant la prise d’une seule dose.

Chez 227 participants ayant terminé le traitement conformément au protocole, la douleur liée à la mucite durant les 4 premières heures a diminué de 11,6 points dans le groupe du bain de bouche contenant de la doxépine, de 11,7 points dans le groupe du bain de bouche contenant de la diphénhydramine, de la lidocaïne et un anti-acide et de 8,7 points dans le groupe du placebo. La différence entre les groupes était de 2,9 points (IC à 95 % : 0,2–6,0 ; P = 0,02) pour le bain de bouche contenant de la doxépine, par rapport au placebo, et de 3,0 points (IC à 95 % : 0,1–5,9 ; P = 0,004) pour le bain de bouche contenant de la diphénhydramine, de la lidocaïne et un anti-acide, par rapport au placebo.

Les auteurs ont conclu que les bains de bouche médicamenteux ont significativement réduit la douleur liée à la mucite orale durant les quatre premières heures suivant l’administration ; toutefois, la taille d’effet était inférieure à la différence cliniquement importante minimale.

D’autres recherches sont nécessaires pour évaluer l’efficacité et la sécurité d’emploi à plus long terme des deux bains de bouche, ont-ils déclaré.