Un AVC ischémique est un important facteur de risque indépendant d’événements cardiovasculaires

  • Sposato LA & al.
  • Neurology
  • 10 mars 2020

  • Par Susan London
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les adultes plus âgés ayant subi un premier accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique présentent un risque considérablement accru d’événements cardiovasculaires indésirables majeurs (ECIM) lors de l’année qui suit, en particulier au cours du premier mois.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette population pourrait tirer un bénéfice d’une intervention intensifiée.
  • Éditorial : les résultats appuient un lien entre l’AVC ischémique et les ECIM.

Principaux résultats

  • Par rapport à leurs pairs non affectés, les adultes plus âgés ayant subi un premier AVC ischémique présentaient un risque non corrigé accru d’ECIM à 1 an :
    • rapport de risque [RR] : 4,54 (IC à 95 % : 4,26–4,84).
  • Le risque corrigé (RR ; IC à 95 %) a varié en fonction du temps écoulé depuis l’AVC :
    • 0–30 jours : 25,00 (20,49–30,51) ;
    • 31–90 jours : 4,85 (4,11–5,72) ; et
    • 91–365 jours : 2,17 (1,98–2,37).
  • L’augmentation la plus importante a été observée pour la composante du décès d’origine cardiovasculaire :
    • RR : 5,89 (IC à 95 % : 5,31–6,52).
  • Des résultats similaires ont été constatés pour le risque à 3 ans (RR : 2,74 ; IC à 95 % : 2,63–2,86), avec une augmentation de 80 % durant les jours 91 à 1 095 (RR : 1,80 ; IC à 95 % : 1,71–1,90).

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte populationnelle a été menée en Ontario, au Canada, durant la période 2002–2012, auprès de résidents âgés de 66 ans ou plus sans maladie cardiovasculaire connue :
    • 21 931 personnes ayant subi un premier AVC ischémique et
    • 71 696 personnes non affectées appariées selon les scores de propension.
  • Critère d’évaluation principal : la survenue d’un ECIM en un an (un infarctus du myocarde, un angor instable, une insuffisance cardiaque congestive, une coronaropathie, une revascularisation d’une artère coronaire, un décès d’origine cardiovasculaire).
  • Financement : Institut des sciences évaluatives cliniques (Institute for Clinical Evaluative Sciences, ICES) à l’Université Western de London.

Limites

  • Un suivi médical plus étroit des patients ayant subi un AVC pourrait être nécessaire.
  • Des facteurs de confusion résiduels n’ont pas été mesurés.
  • Sous-diagnostic des maladies cardiovasculaires chez les individus n’ayant pas accès aux soins.