Un apport plus important en phosphatidylcholine est associé à un risque plus faible de démence incidente


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent qu’un apport plus important de phosphatidylcholine est associé à un risque plus faible de démence incidente et à de meilleures performances cognitives chez les hommes. 

Les chercheurs ont étudié les associations de l’apport total de choline et de phosphatidylcholine, sa principale forme dans l’alimentation, avec le risque de démence incidente et les performances cognitives, chez des hommes d’âge moyen et des hommes plus âgés, dans l’étude sur les facteurs de risque de la cardiopathie ischémique de Kuopio. Un échantillon basé sur la population de 2 497 hommes sans démence âgés de 42 à 60 ans a été examiné à l’inclusion en 1984–1989. Un sous-ensemble de 482 hommes ont effectué 5 tests de performance cognitive 4 ans plus tard. Les apports alimentaires ont été évalués à l’aide de registres sur l’alimentation à l’inclusion. 

Au cours d’un suivi moyen de près de 22 ans, 337 hommes ont reçu un diagnostic de démence. L’apport total en choline n’a pas été associé au risque de démence incidente. Cependant, l’étude a révélé que les personnes se situant dans le quartile supérieur de l’apport en phosphatidylcholine, par rapport à celles se situant dans le quartile inférieur, avaient un risque 28 % plus faible de présenter une démence incidente. Les apports totaux en choline et en phosphatidylcholine ont été associés à de meilleures performances aux tests cognitifs évaluant le fonctionnement des lobes frontal et temporal.

Selon les auteurs, qui ont écrit dans la revue American Journal of Clinical Nutrition, la « consommation d’une quantité adéquate d’aliments à teneur élevée en choline pourrait être un moyen parmi d’autres, à la fois facile, efficace et abordable, de préserver le fonctionnement cognitif ».