Ulcères diabétiques du pied : des progrès qui font du bien à l’espérance de vie

  • Amadou C & al.
  • Diabetes Metab
  • 7 août 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude prospective monocentrique montre que la mortalité à 5 ans des sujets ayant un ulcère du pied diabétique serait de 35%. Les facteurs favorisant la mortalité dans ce contexte seraient l’âge, l’ancienneté du diabète, le grade 2 ou 3 de perfusion de PEDIS, et la durée nécessaire pour la cicatrisation de l’ulcère. Ces données peuvent être comparées à celles d’une précédente étude1, menée entre 1998-1999 et qui mettait en évidence une mortalité à 5 ans de 46% alors même que la population incluse présentait un meilleur état de santé que celle étudiée ici. Et ce qui semble encore plus important dans la comparaison de ces deux études, c’est que la mortalité des sujets sans artériopathie obstructive des membres inférieurs (AOMI) mais avec neuropathie des membres inférieurs était deux fois plus faible dans l’étude de 2009-2010 que dans celle de 1998-1999. L’amélioration de la prise en charge des facteurs cardiovasculaires et celle de l’ulcère du pied diabétique constitueraient deux paramètres clés de l’augmentation de l’espérance de vie de ces patients au cours de ces deux périodes.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

La mortalité des patients souffrant de diabète tend à diminuer. Il est intéressant de savoir si cela concerne également les patients qui présentent une complication telle qu’un ulcère du pied diabétique dont les conséquences physiques, émotionnelles et sociales peuvent être importantes, et qui est souvent associé à des atteintes micro- et macrovasculaires. Si on sait que l’insuffisance cardiaque constitue la principale cause de décès des patients diabétiques ayant un ulcère au pied, les données concernant la mortalité dans cette population sont en revanche contradictoires. D’où l’intérêt de ces analyses.

Méthodologie

Les patients de cette étude avaient tous un ulcère diabétique du pied et ont été inclus de manière consécutive dans une même clinique entre 2009 et 2010. Ils ont ensuite été suivis durant 1 an.

Principaux résultats

Au total, 347 patients ont été inclus (âge moyen 65 ans, 89% avaient un diabète de type 2, ancienneté moyenne du diabète 16 ans, 71% étaient traités par insuline, 13% des participants étaient en dialyse et 7% avaient une transplantation d’organes et 70% avaient une AOMI dont 17% avec un score PEDIS de 3 et 9% une neuropathie de grade 3).

Le taux de mortalité à 5 ans était de 35% alors qu’il était de 10% à 1 an et de 25% à 3 ans. 

En analyses multivariée, les facteurs favorisant la mortalité étaient par ordre d’importance : un grade PEDIS de 3 versus1 (hazard ratio (HR) 3,14, p=0,001), un grade de perfusion PEDIS de 2 versus 1 (HR 2,35, p=0,006), la durée de cicatrisation de l’ulcère (HR 2,09, p=0,0009), l’âge (HR 1,05, p

Principales limitations

Au total, 14% de la population initiale a été perdue de vue.

Financements

Étude financée par Eli Lilly.