Ulcère de pression : les pansements hydrocellulaires supérieurs aux hydrocolloïdes ?

  • Chamorro AM & al.
  • Int J Nurs Stud
  • 4 avr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude multicentrique randomisée espagnole a comparé les pansements hydrocellulaires aux pansements hydrocolloïdes auprès d’une population de 169 patients adultes présentant un ulcère de pression de stade II (perte tissulaire partielle du derme). Après 8 semaines de prise en charge (nettoyage de la plaie, changements de pansement et de position réguliers), les pansements hydrocellulaires permettent de guérir une plus large proportion d’ulcères (90,8 vs 77,1%) et de façon plus précoce. Une évaluation médico-économique montre parallèlement un coût comparable des deux types de pansements. Enfin, en termes de tolérance, un chiffre supérieur mais non significatif d’évènements indésirables locaux ont été liés au pansement hydrocellulaire.

In fine , les auteurs soulignent que grâce à l’ampleur de cette étude, supérieure à celles précédemment menées sur le sujet, il est possible d’observer pour la première fois une différence d’efficacité entre ces pansements, majoritairement présentés comme comparables. Si la limitation du nombre de changements de positions au cours de la prise en charge, supérieur dans le groupe hydrocellulaires, est levée, ces derniers pourront être privilégiés dans la prise en charge de ce type de plaies.

Méthodologie

Les sujets inclus devaient avoir au moins 18 ans et présenter un ulcère de pression de stade II (classification EPUAP). Ils étaient recrutés en établissement de soins primaires ou de long séjour par des infirmières. Un protocole de surveillance et de soins était défini (surveillance 1 à 2 fois par semaine, soins de la plaie systématique, changement de pansement quand justifié…). Lxes soins et le suivi ont été assurés durant 8 semaines.

Principaux résultats

  • Un total de 169 patients, dont 58% de femmes, ont été recrutés dans cette étude (âge moyen : 81,3 ans), dont 13,6% ont été perdus de vue durant l’étude. Le score moyen selon l’échelle d’ulcère de pression pour la cicatrisation (score PUSH de 0-17 max, basé sur la surface, la quantité d'exsudat et aspect du lit de la plaie) était de 10,6.
  • Durant les 8 semaines, le changement médian de position quotidien était de 4 dans le groupe pansements hydrocellulaires, contre 3 dans le groupe pansements hydrocolloïdes.
  • À l’issue des 8 semaines, le taux de guérison était supérieur dans le groupe hydrocellulaires, avec 90,8% contre 77,1% dans le groupe hydrocolloïdes (p=0,039). Le délai médian nécessaire pour observer la guérison de 50% des ulcères était respectivement de 3 et de 4 semaines (p=0,015). Le score PUSH des ulcères non soignés à 8 semaines était identique dans les 2 groupes (7,7 vs 8,4, NS).
  • En termes de tolérance, les pansements hydrocellulaires étaient associés à 6 réactions indésirables locales (dont 1 infection, 4 érythèmes et 1 hypersensibilité). Enfin, les coûts étaient identiques dans les deux groupes de l’étude.