Ukraine : l’aide humanitaire s’organise

  • Christophe Gattuso

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Quelques jours après le début de l’offensive armée de la Russie en Ukraine, l’Etat français, des associations humanitaires et des initiatives citoyennes commencent à organiser l’acheminement de médicaments et de matériel médical aux civils et réfugiés victimes du conflit (Lire aussi Ukraine : étudiante en médecine, elle se mobilise pour aider son pays). Tour d’horizon des principales ONG pour savoir ce qui se met en place.

 

33 tonnes d'aide humanitaire

L’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février, a déclenché une importante vague de solidarité en France et en Union européenne pour venir en aide aux populations victime du conflit. Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a annoncé, lundi 1er mars, que la France allait mobiliser une enveloppe de 100 millions d’euros dans ce but. « Outre un appui financier aux ONG et aux organisations multilatérales, notre assistance prend la forme d’une aide humanitaire d’urgence », a déclaré le ministre.

L'État français a envoyé 33 tonnes d'aide humanitaire en Pologne acheminé dimanche par camions pour venir en aide aux milliers de réfugiés ukrainiens ayant fui leur pays. « Ce sont ainsi 500 tentes familiales, 2 300 couvertures 1 000 kits d’hygiène, 2 000 tapis de sol et 300 sacs de couchage » qui ont été remis aux autorités ukrainiennes en Pologne. Un deuxième envoi de 8 tonnes de fret médical d’urgence a également été adressé par deux avions de la sécurité civile. Cet envoi comprenait un poste sanitaire mobile avec des médicaments et du matériel hospitalier, pouvant aider les structures d’urgence sur place à accueillir 500 blessés de guerre, précise le Quai d’Orsay. Plus de 30 tonnes de matériel devaient également partir pour la Moldavie au début de cette semaine.

 

Une aide essentielle aux civils sur place et aux réfugiés

Les leaders des organisations internationales redoutent que le conflit armé qui s’est ouvert dans plusieurs parties de l’Ukraine n’entraîne d’importants mouvements de population et des catastrophes humanitaires. Mardi, l’ONU a estimé que 12 millions de personnes en Ukraine pourraient avoir besoin d’aide et que 4 millions de réfugiés pourraient fuir les zones de combat. L’organisation a lancé un appel d’urgence pour lever 1,7 milliard de dollars. « Nous assistons à ce qui pourrait devenir la plus grave crise de réfugiés en Europe de ce siècle », a déclaré Filippo Grandi, le Haut-commissaire à l’ONU chargé des réfugiés. Ses services auraient déjà dénombré près de 700 000 exilés ayant fui l’Ukraine. L’Union européenne a déjà promis 500 millions d’euros pour l’aide humanitaire. La Commission européenne a, elle, annoncé qu'elle allait consacrer une « enveloppe supplémentaire de 90 millions d'euros à des programmes d'aide d'urgence visant à aider les civils touchés par la guerre en Ukraine ».

 

Déjà en Ukraine, les ONG lancent des appels aux dons

En France comme dans le reste de l'Europe, des collectes de matériel médical et des appels aux dons ont été lancées, à l’initiative d’associations humanitaires.

Plusieurs ONG, déjà présentes en Ukraine depuis le début du conflit en 2014, ont réclamé ces derniers jours la mise en place d’un « corridor humanitaire » pour leur permettre de porter secours aux blessés et aux réfugiés.

La Croix-Rouge internationale se dit inquiète du sort des civils en Ukraine, notamment dans l’Est du pays. « Deux stations d’eau potable majeures, qui approvisionnent plus d’un million de personnes, y compris des hôpitaux, sont à présent inutilisables à la suite des affrontements », a alerté l’ONG, il y a quelques jours. « Nous sommes très préoccupés par l’évolution de la situation », explique Florence Gillette, cheffe de la délégation du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) en Ukraine. Le CICR a renforcé sa présence dans le pays et va procéder à des distributions d’urgence avec des camions-citernes. La Croix-Rouge française a quant à elle lancé un appel aux dons pour soutenir toutes les sociétés Croix-Rouge qui interviennent dans les pays limitrophes, pour venir en aide à la population ukrainienne (accès à l’eau, produits de première nécessité, matériel médical et soutien psychosocial…).

 

Difficile d’évaluer l’étendue réelle des besoins

Egalement présents à Donetsk et Lougansk, Médecins du Monde s’alarme également des difficultés de la population à accéder aux soins et aux médicaments pour les nombreux malades chroniques dont ils s’occupent habituellement. « A présent que nos unités mobiles ne sont plus en capacité de fonctionner (elles ont été mises à l’abri), la situation est plus difficile que jamais pour eux », observe l’association.

Médecins sans Frontières (MSF) travaille également à la mise en place d’activités de réponse d’urgence en Ukraine. L’association a distribué des kits pour blessés de guerre à Marioupol et assuré une formation en télémédecine pour la prise en charge des traumatismes auprès de 30 chirurgiens de l'est de l'Ukraine. « En raison des combats en cours, il est difficile d’évaluer l'étendue réelle des besoins médicaux en Ukraine », affirme MSF, qui prévoit d’adapter la réponse opérationnelle en fonction de l’évolution du conflit.

 

Forte mobilisation de la diaspora ukrainienne

La solidarité se met également en place grâce à la diaspora ukrainienne présente dans l’Hexagone. En Ile-de-France, l’association Plast qui fédère les scouts ukrainiens de France, a mis en place des points de collecte d’aide humanitaire dans toute la région francilienne. « Nous sommes en contact permanent avec l’Ukraine, nous avons établi une liste précise des produits et biens nécessaires et on l’actualise régulièrement pour répondre aux besoins les plus importants et urgents », a confié à 20 Minutes  Olenka, vice-présidente de l’association. En priorité, « nous avons besoin de matériel médical. Bandages, trousses de matériel chirurgical, seringues, mais aussi des lampes de poche ou des vêtements thermiques et des générateurs », indique au quotidien la jeune femme.

20 Minutes cite également l’association Aide médicale caritative France-Ukraine (AMCFU) qui a lancé le 28 février un appel aux dons lancé auprès des hôpitaux , administrations et entreprises de l’Hexagone pour collecter du petit matériel (trousses de secours médical, pansements, garrots tourniquets…) mais aussi du matériel médical technique (civières, respirateurs, défibrillateurs) jusqu’à des ambulances.

 

Compresses et matériel de chirurgie

Les appels aux dons se multiplient ces derniers jours, menés parfois aussi par des médecins. Né en Ukraine, le Dr Naiken Surennaidoo, chirurgien viscéral et chef de service à l’Hôpital de la Vallée de Joux (Suisse), préside la fondation Humanitarian For Empowerment (HFE), qu’il a contribué à créer avec d’autres praticiens en 2018.

Depuis le début du conflit, l’association a collecté du matériel envoyé en Ukraine pour soigner civils et militaires des deux camps. « Les autorités ukrainiennes me font parvenir une liste de matériel préparée par leur ministère de la Santé. […] Il s’agit de produits de première nécessité, comme des compresses et des antibiotiques, mais aussi de matériel pour les plateaux techniques, pour la traumatologie et la chirurgie de guerre », témoigne le Dr Surennaidoo auprès d’Esanum. « Actuellement, tous les convois sont dirigés vers Kyiv. HFE en a fait partir trois. L’idéal, ce serait de pouvoir atteindre directement d’autres zones, qui sont plus touchées », explique le chirurgien au réseau social pour médecins.

Dès le début de l’offensive russe, Emmanuel Macron avait prévenu : la guerre en Ukraine « durera ». Le travail des associations humanitaires ne fait que commencer. Les populations de l’Etat d’Europe orientale pourraient malheureusement avoir besoin d’assistance pendant une longue durée.

Cet article a été écrit par Christophe Gattuso et initialement publié sur le site Medscape.