UEGW : MICI : une incidence qui augmente plus rapidement que prévu

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'étude Global Burden of Disease, publiée conjointement dans le Lancet Gastroenterology - Hepatology, a indiqué que le nombre de cas de maladies inflammatoires de l'intestin et du côlon (MICI) a augmenté de 84 % entre 1990 et 2017 passant de 3,7 millions (1990) à 6,8 millions (2017). Par ailleurs, une équipe anglaise s'est penchée sur les cas de MICI (maladies inflammatoires chroniques de l'intestin) survenus depuis le début du siècle afin d'obtenir des données précises sur la prévalence de la rectocolite hémorragique (RCH) et de la maladie de Crohn au Royaume-Uni. Étant donné qu'il n'existait que des données limitées ou anciennes sur ces pathologies, les auteurs ont utilisé le Health Improvement Network (THIN), une base de données de soins de première ligne représentative au Royaume-Uni.

Les résultats montrent que la prévalence des MICI est trois fois plus élevée qu'auparavant. Cette prévalence a en effet augmenté de 55 % pour la RCH et de 83 % pour la maladie de Crohn entre 2000 et 2017. L'incidence actuelle est de 16,3/100 000 patients-années avec un ratio femme/homme de 1,30 et celle de la RCH de 25,9/100 000 patients-années, le ratio femme/homme étant de 0,94.

Après avoir établi un modèle mathématique de cette évolution, ils démontrent également que la prévalence des MICI devrait augmenter de près d'un quart de 2017 à 2025. Enfin l'étude a constaté que les patients souffrant de maladie de Crohn ont un risque accru de 23 % de développer un cancer colorectal par rapport au groupe contrôle, les patients avec RCH ayant de leur côté un risque plus élevé de 43 %.

« L'augmentation de prévalence des MICI pourrait donc entraîner une augmentation connexe des cas de cancer colorectal » concluent les auteurs.