UEGW : MICI : le coût de la perte de productivité chez les travailleurs sous contrat est de 6 600€ en moyenne !

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'impact économique des MICI (maladies inflammatoires chroniques de l'intestin) est considérable. Mais si l'on connaît les frais médicaux directs et indirects que ces maladies occasionnent, ce n'est pas vraiment le cas pour la productivité au travail, qu'il s'agisse d'absentéisme ou de présentéisme. C'est ce volet de la maladie qui a été étudié par une équipe néerlandaise auprès de patients souffrant de MICI et disposant d'un contrat de travail. Sur les 1 590 patients sollicités, 510 ont pu être inclus, parmi lesquels 53 % souffraient d'une rectocolite hémorragique. Ils ont été répartis pour l'analyse en 5 groupes : pas de traitement (n = 132), traitement par 5-ASA (n = 110), traitement par immunomodulateur (n = 108), traitement par anti-TNF (n = 122) et traitement par biologique de dernière génération (vedolizumab et ustekinumab) (n = 38). La durée médiane de leur maladie était de 11-12 ans.

Il en ressort qu'un absentéisme sévère a été relevé chez 4 % d'entre eux et une perte sévère de productivité chez 19 %. Ces taux sont par ailleurs nettement plus marqués en cas de traitement par biologique de dernière génération (25, 42 et 58 % respectivement) que chez les patients sous 5-ASA (0, 6 et 5 % respectivement), probablement parce qu'il s'agit de patients plus sévèrement atteints. Les prédicteurs de sévérité sont en effet l'activité de la maladie (odds ratio [OR] = 6,6 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 3,6 à 12,1) et la présence de lésions péri-anales actives (OR = 3,7 ; IC95 de 1,5 à 8,7).

Enfin, le coût médian annuel lié à la perte de productivité était de 0€ pour les patients sous 5-ASA, 1 143 € pour les patients sous immunomodulateurs, 3 810€ pour les patients sous anti-TNF en monothérapie, 3 049€ en cas de traitement combiné, et 5 603€ pour les patients sous vedolizumab, un chiffre qui monte à 10 350€ sous ustekinumab et qui chute à 762€ pour les patients sans traitement. Les coûts ont été plus élevés en cas d'activité de la maladie (13 338 €) et de lésions périanales (14 363€). Par ailleurs, la fatigue est citée comme facteur causal principal de perte de productivité (71 % des cas) de même que la présence de douleurs abdominales (33 %).

Cette étude qui a été réalisée chez des travailleurs sous contrat va être conduite dans les mois à venir chez les étudiants de manière à connaitre l'impact des MICI sur le devenir de ces jeunes patients.