UEGW : Des oligosaccharides pour traiter le syndrome de l’intestin irritable

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'altération du microbiote intestinal est de plus en plus considérée comme un facteur pathophysiologique du syndrome de l'intestin irritable (SII). Or, l'administration d'oligosaccharides de lait humain (HMO) engendre chez l'adulte en bonne santé une augmentation de l'abondance des bifidobactéries dont la proportion est réduite en cas de SII. Les HMO peuvent également avoir un impact bénéfique sur la motilité intestinale et la douleur viscérale.

C'est dans ce contexte qu'une équipe américaine a voulu évaluer le potentiel des HMO sur les habitudes et la fréquence des selles chez 317 patients souffrant de SII (136 avec prédominance de constipation, 85 avec prédominance de diarrhée, et 95 mixtes). Cette étude multicentrique en ouvert a proposé une mixture de 5 grammes d'HMO (2'fucosyllactose [2'FL] et lacto-N-neotetraose [LNnT] dans une proportion de 4:1) per os durant 12 semaines.

L'analyse des résultats en intention de traiter a montré une réduction significative du pourcentage total de selles anormales (Types 1, 2 et 6, 7 selon l'échelle de Bristol) à 12 semaines ainsi qu'une réduction substantielle du score de gravité des symptômes, des douleurs abdominales et de l'importance des ballonnements ainsi que, logiquement, une amélioration de la qualité de vie (p