UDI : Taux de réinfection au VHC élevé après le traitement dans le cadre du PES

  • Schulkind J & al.
  • J Viral Hepat
  • 13 nov. 2018

  • de Yael Waknine
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des données en situation réelle montrent des taux élevés de réinfection au VHC chez les usagers de drogues par injection (UDI) traités avec succès dans le cadre d’un programme d’échange de seringues (PES).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les taux dépassent largement les estimations rapportées, ce qui laisse envisager une nécessité d’accroître les interventions visant à réduire les risques dans cette population.

Protocole de l’étude

  • Étude prospective ERADICATE portant sur 94 patients dans le cadre du plus important PES de Dundee (âge moyen de 34 ± 6,9 ans ; 71,3 % d’hommes) traités pour :
    • VHC-1 (n=37) par peginterféron/ribavirine (PR) + siméprévir/télaprévir.
    • VHC-2/3 (n=57) par PR.
  • Seules les personnes qui s’étaient injecté des drogues au cours de la semaine écoulée étaient admissibles.
  • Financement : Service de santé publique écossais et Janssen Pharmaceuticals.   

Principaux résultats

  • 1 patient sur 5 (20/94) était sans domicile fixe ou avait une situation de logement instable.
  • 12,8 % ont été incarcérés à un moment donné pendant le traitement.
  • 69,2 % ont signalé une anxiété/dépression ; 39,4 % avaient déjà fait une tentative de suicide.
  • 68,1 % recevaient un traitement de substitution aux opiacés (TSO) à l’entrée dans l’étude.
  • Le nombre médian d’injections/semaine était de 6,5 ; 54,3 % ont signalé faire au moins 1 injection/jour.
  • 71,3 % des patients avaient une observance thérapeutique ≥ 80 %.
  • Le taux de réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12) était semblable pour le VHC-1 (81,0 %) et le VHC-2/3 (82,5 %).
  • 19,5 % (15/77) des patients présentaient une réinfection 18 mois après le traitement, ce qui correspond à un taux de 21,49 par 100 personnes-années (IC à 95 % : 13,00-35,65).

Limites

  • Étude pilote menée avant le passage aux antiviraux à action directe.