U-ACHIEVE : évaluation de l’upadacitinib dans la rectocolite hémorragique

  • Sandborn WJ & al.
  • Gastroenterology
  • 21 févr. 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • U-ACHIEVE est une étude de phase 2b qui décrit une efficacité supérieure de l’upadacitinib par rapport au placebo sur les critères de rémission clinique et d’amélioration endoscopique à 8 semaines. Elle décrit aussi la relation dose-efficacité liée à l’inhibiteur de JAK1 et décrit un profil de tolérance globalement conforme à celui des autres inhibiteurs de même classe thérapeutique.

L’upadacitinib est un anti-JAK1 qui vient d’être enregistré par l’agence européenne du médicament (EMA) dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Son évaluation dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin est menée parallèlement. Dans cet objectif, le premier volet de l’étude de phase 2b U-ACHIEVE visait à évaluer la dose permettant d’atteindre une bonne réponse clinique chez des patients adultes présentant une RCH  modérée à active. Ses résultats viennent d’être publiés dans Gastroenterology .

Structures, protocoles, suivi

Dans cette étude internationale, 250 patients ont été enrôlés et aléatoirement répartis (1:1:1:1:1) entre le placebo, et l’upadacitinib 7,5, 15, 30 et 45 mg à libération prolongée par jour. La plupart des patients présentaient une pancolite (54%) et avaient déjà été traités par une biothérapie (77,6%).

La rémission clinique à 8 semaines (critère principal d’évaluation) définie par un score de Mayo adapté (ensemble des sous-scores égaux à 0 ou 1 sans sang dans les selles) concernait respectivement 8,5%, 14,3%, 13,5% et 19,6% des patients des groupes upadacitinib 7,5, 15, 30 et 45 mg, contre aucun dans le groupe placebo (p tous significatifs). Ce résultat était vérifié après ajustement.

L’amélioration endoscopique à 8 semaines (l’un des critères secondaires) était observée dans 14,9%, 0,6%, 26,9% et 35,7% des cas dans chacun de ces groupes traités, contre 2,2% sous placebo (p tous significatifs).

L’efficacité était observée dès la 2e semaine. Par ailleurs, les taux de CRP hautement sensible à S2, S4 et S8 et ceux de calprotectine fécale à S8 étaient plus significativement améliorés par rapport à l’inclusion sous upadacitinib que sous placebo.

Les événements indésirables (EI) et EI ayant conduit à l'arrêt du traitement étaient similaires dans les différents groupes sous upadacitinib et étaient plus fréquents sous placebo. De plus, les EI graves concernaient 10,9% des patients sous placebo, et entre 0% et 5,8% de ceux sous upadacitinib. Quant aux infections graves, elles concernaient 4,3% de ceux sous placebo contre 2,0% et 3,6% de ceux sous upadacitinib 15 mg et 45 mg. Les taux de lipides et de CPK étaient augmentés sous upadacitinib. Par ailleurs, 1 cas de zona et 1 cas d’embolie pulmonaire et thrombose veineuse profonde (diagnostiqué 26 jours après l'arrêt du traitement) ont été rapportés dans le groupe upadacitinib 45 mg.

Financement

L’étude est sponsorisée par AbbVie.