Tumeurs neuroendocrines du pancréas : un avis d’expert

  • Hain E & al.
  • Expert Rev Anticancer Ther
  • 11 déc. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Ce nouvel avis se concentre sur l’évaluation initiale, la prise en charge et les options chirurgicales des tumeurs neuroendocrines pancréatiques (TNEp).

Pourquoi est-ce important ?

  • Une mauvaise prise en charge initiale des TNEp est fréquente.

Points clés

  • Les TNEp sont rares, puisqu’elles ne représentent que 1–2 % de l’ensemble des tumeurs pancréatiques.
  • Cependant, leur diagnostic est plus fréquent depuis une dizaine d’années, probablement grâce à une plus grande utilisation de l’imagerie transversale.
  • Les TNEp sont associées à un pronostic plus favorable que les adénocarcinomes pancréatiques.
  • Les TNEp peuvent être fonctionnelles ou non fonctionnelles, et elles peuvent être sporadiques ou avoir une cause génétique.
  • Elles peuvent être bien différenciées (tumeur pancréatique) ou mal différenciées (carcinome).
  • Les TNEp doivent être prises en charge dans un contexte pluridisciplinaire.
  • Chirurgie :
    • L’évaluation initiale doit inclure une localisation, une évaluation du grade et une stadification précises.
    • Les TNEp asymptomatiques et non fonctionnelles de taille supérieure à 2 cm doivent être réséquées par voie chirurgicale.
    • Les TNEp symptomatiques et non fonctionnelles, quelle que soit leur taille, doivent être réséquées par voie chirurgicale.
    • Les TNEp fonctionnelles sporadiques doivent être réséquées, sauf en cas de métastases à distance non résécables.
    • En ce qui concerne l’insulinome, une chirurgie avec préservation du parenchyme est recommandée.
    • La chirurgie peut également être envisagée pour les TNEp non fonctionnelles de taille inférieure à 2 cm dans le cas d’une résection des ganglions lymphatiques touchés.