Tumeurs du SNC : évolution de l’incidence dans le département de la Gironde entre 2000 et 2012.

  • BMC Cancer

  • Par Laurence Rous
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Entre 2000 et 2012, selon le registre étudié, l’incidence des méningiomes a augmenté de 5,4% par an dans le département de la Gironde.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les tumeurs du SNC central sont rares chez l’adulte mais pourraient selon certaines études être en augmentation, en partie notamment d’un meilleur enregistrement et du développement des méthodes d’imagerie médicale dans les années 1970 et 1980.

Conception de l’étude

  • Recueil prospectif de toutes les tumeurs primaires du SNC (malignes/bénignes ; symptomatiques/asymptomatiques) diagnostiquées de janvier 2000 à décembre 2012.

Principaux r ésultats

  • 3515 cas de tumeurs primaires du SNC enregistrés pour une population de 1.483.712 habitants sur le département, soit une incidence de 19 pour 100.000 personnes-an : 21 chez les femmes vs 18 chez les hommes ; 8,6 pour les tumeurs malignes vs 11,0 pour les tumeurs bénignes ; 8,3 pour les tumeurs neuro-épithéliales vs 7,3 pour les tumeurs méningées.
  • Sur les 13 ans de suivi, le taux d’incidence augmentait significativement chaque année de +2,7%, notamment chez les femmes (+3,6% vs +1,8% chez les hommes) ; en zone rurale (+4,0% vs +2,4%) ; pour les tumeurs bénignes (+4,0% vs +1,3% pour les tumeurs malignes), et pour les tumeurs méningées (+5,4% versus +1,5% pour les tumeurs neuro-épithéliales).